Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

“Non à l’allongement de la piste de l’aéroport de Carpiquet” : des opposants mobilisés ce jeudi soir

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Environ 140 personnes ont participé à une réunion publique à la salle des fêtes de Louvigny ce jeudi. Initiative de l’association contre l’allongement de la piste de Caen-Carpiquet, opposée au projet pour des raisons écologiques et sceptique sur l’intérêt économique.

Environ 140 personnes ce jeudi à Louvigny pour une réunion de l'association contre l’allongement de la piste de Caen-Carpiquet
Environ 140 personnes ce jeudi à Louvigny pour une réunion de l'association contre l’allongement de la piste de Caen-Carpiquet © Radio France - Didier Charpin

C’était la quatrième réunion depuis la création de l’Acapacc (Association contre l’allongement de la piste de Caen-Carpiquet). Selon les organisateurs, environ 80 personnes avaient participé à la précédente en juin. L’assistance renforcée ce jeudi à Louvigny est jugée encourageante. “On a besoin de vous” lance en préambule, micro en main, l’une des responsables de cette jeune association. Dans le collimateur : le projet d’allongement de la piste de l’aéroport de Caen. Pour qu’elle atteigne 2 250 mètres contre 1 900 aujourd’hui. Ce qui permettrait d’accueillir de plus gros avions.

Un tourisme aérien en pleine extension

Les membres voient d’un mauvais oeil ce projet de développement de la plateforme aéroportuaire caennaise. Tout d’abord parce qu’il s’inscrit dans une course à l’agrandissement des aéroports français. Invités sur scène, Aurélien Bigo, doctorant sur la transition énergétique dans les transports, et Vincent Doumayou, spécialiste des transports, se livrent en préambule à une réquisitoire anti-aérien. “Aujourd’hui on peut aller à Barcelone pour le prix d’une pizza. Mais est-ce un progrès ? Non un tourisme démesuré” claque l’un des deux invités. Avant de dénoncer les 30 % de voyageurs qui franchissent les contrôles de Caen-Carpiquet pour aller à Lyon. “Un trajet qui peut se faire en train” estime-t-il. Il faut actuellement un peu plus d’une heure pour faire un Caen-Lyon par les airs. Quatre heures trente dans le meilleurs des cas par le rail.

Hop! La compagnie assure trois rotations quotidiennes  entre Caen et Lyon - Radio France
Hop! La compagnie assure trois rotations quotidiennes entre Caen et Lyon © Radio France - Laetitia Cherbonnel

Dans la salle, des militants écologistes et des riverains de l’aéroport caennais. Ces derniers s’inquiètent des nuisances en cas d’extension de la plateforme qui vient d’atteindre les 300 000 passagers en 2019. Soit une fréquentation multipliée par trois en moins d’une décennie (100 000 passagers en 2011). “J’ai le projet d’acheter un pavillon au sud-ouest de Caen mais je vais peut-être m’éloigner de l’aéroport” confie un homme venu s’informer. Quelques chaises plus loin, Dominique, habitant de Carpiquet, évoque ce voisinage avec l’aéroport : “Le bruit n’est pas le plus gênant. c’est plutôt l’odeur de kérosène selon le sens du vent”. Les porteurs du projet d’agrandissement de la piste affirment que les gros porteurs qui pourraient se poser à Caen seraient moins polluants. Mais pour ce riverain de l’aéroport la question est ailleurs : “Faut-il deux aéroports si proches ? Pour moi Deauville est suffisant. Et il n’est pas en agglomération” dit-il.

Quel retombés économiques pour le territoire ?

Autre argument avancé pour l’agrandissement de la piste : le développement économique de Caen. Là-aussi les contestataires ont leur parade. “Qui prend l’avion ?” questionne Christian Delabie, l’un des co-président de Acapacc. “Des Normands qui vont en vacances en Corse. Puis en reviennent. Il est où le bénéfice économique pour Caen ?” ajoute-t-il avant de promettre de faire de cette question l’un des thèmes de la campagne pour les élections municipales. Les porteurs du projet d’agrandissement louent, eux, la rentabilité de la ligne d’affaire avec Lyon. Chacun avancera ses chiffres lors de l’enquête publique, courant 2020 avant l’éventuel allongement de la piste prévu deux ans plus tard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu