Transports

Normandie : les usagers des trains appelés à donner leur avis

Par Bénédicte Courret et Lauriane Delanoë, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mercredi 7 septembre 2016 à 17:42

Les lignes de train entre Paris et la Normandie seront gérées par la région Normandie à partir de 2020.
Les lignes de train entre Paris et la Normandie seront gérées par la région Normandie à partir de 2020. © Radio France - Eric Turpin

La région Normandie lance ce mercredi une enquête auprès des usagers des trains sur son site internet. Il s'agit de se prononcer sur l'aménagement des trains mais aussi sur les services qu'on souhaite y trouver.

Quelle couleur pour les fauteuils ? Un porte-gobelet est-il indispensable ? L'enquête lancée ce mercredi par la région Normandie sur les trains Intercités porte sur des éléments très concrets d'aménagement et de confort des voyageurs. Les internautes sont également questionnés sur leurs souhaits en matière de services à bord des trains (vidéoprotection, wifi, distributeur de boissons, etc.). Point important : l'enquête ne concerne pas les retards et autres perturbations du trafic qui suscitent souvent de nombreuses protestations des usagers de ces lignes entre la Normandie et Paris.

Des trains gérés par la Région dans quatre ans

Les trains qui font la liaison entre Paris et la Normandie seront gérés par la Région à partir de 2020. C'était une promesse de campagne du président centriste de la région Normandie Hervé Morin et le transfert de compétences de l’État à la région pour cinq lignes de train a été acté en avril dernier. Il s'agit des lignes Paris-Rouen-Le Havre ; Paris-Caen-Cherbourg ; Paris-Sequigny ; Paris-Granville et Caen-Le Mans-Tours.

Hervé Morin, président de la région Normandie (à droite), et Jean-Baptiste Gastinne, vice-président en charge des transports. - Radio France
Hervé Morin, président de la région Normandie (à droite), et Jean-Baptiste Gastinne, vice-président en charge des transports. © Radio France - Lauriane Delanoë

Selon la SNCF, le déficit de ces lignes s'élève à 30 millions d'euros. Dans la présentation de l'enquête sur les aménagements des trains, Hervé Morin insiste quant à lui sur le fait que l'État investira au total "plus d'1,2 milliards d'euros dans les trains normands" pour la remise à niveau des infrastructures et la construction de nouveaux ateliers de maintenance.