Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes : après le "point d'avancement" des médiateurs, les anti se réjouissent, les pro s'agacent

mardi 26 septembre 2017 à 22:20 Par Maureen Suignard, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Les médiateurs nommés par le gouvernement pour plancher sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont fait "un point d'avancement" avec les différents acteurs aujourd'hui. La question de l'agrandissement de Nantes Atlantique aurait été largement évoquée.

Notre-Dame-des-Landes © Maxppp - Franck Dubray
Notre-Dame-des-Landes © Maxppp - Franck Dubray © Maxppp - Franck Dubray

Nantes, France

La réunion a duré un petit peu plus de deux heures ce mardi après-midi à la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes. Autour de la table, une centaine de participants les partisans, les opposants à l'aéroports à Notre-Dames-des-Landes (Loire-Atlantique) et les médiateurs nommés par le gouvernement pour plancher sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Pendant ce "point d'avancement", les médiateurs ont confirmé la tenue de trois expertises: une sur le lac de Grand-Lieu, une sur l'état de la piste de Nantes-Atlantique et une autre sur les nuisances sonores des avions. Cette médiation "n'est pas un rapport de plus" a insisté Gérard Feldzer, l'un des médiateurs. "On fait appel à des expertises extérieures et indépendantes, sur le bruit, sur les trajectoires, sur qui paye quoi, sur le réaménagement des pistes à Nantes-Atlantique (l'aéroport existant, ndlr), sur l'agriculture, sur la biodiversité", a poursuivi l'ancien pilote de ligne.

"Un rééquilibrage de l'option Nantes-Altantique"

Quelques minutes après la fin de la réunion, les opposants au projet d'aéroport ont le sourire. "Les médiateurs ont insisté sur le fait qu'il fallait rééquilibrer l'option Nantes-Atlantique et c'est quelque chose qu'on demande depuis très très longtemps", explique Thomas Dubreuil, l'avocat de deux associations anti-aéroport. Le coût de chaque projet est étudié à capacité équivalente, "c'est une bonne base car nous allons pouvoir comparer des choses comparables", se réjouit l'avocat. De plus, pour Thomas Dubreuil, la méthode de la médiation _"paraît vertueuse" (a_vant toute nouvelle expertise, les nouveaux experts sont avalisés par les opposants et les partisans.) "Les médiateurs ont l'air de faire preuve d'une sincérité intellectuelle" a t-il ajouté.

La présentation des médiateurs est orientée et partielle" estime le syndicat mixte aéroportuaire du grand Ouest favorable au projet d'aéroport.

Du côté des partisans à Notre-Dame-des-Landes, l'ambiance est toute autre. Le syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest a dénoncé, dans un communiqué, "une présentation orientée et partielle" de la part des médiateurs qui ont "surtout focalisé leurs analyses sur le réaménagement de Nantes Atlantique". "Les collectivités, qui avaient dénoncé la partialité de cette médiation, voient aujourd'hui leurs craintes renforcées, avec une médiation d'apaisement qui tourne vers une médiation de contournement", déplore le SMA. Alain Mustière, le président de l'association pro-aéroport Les Ailes pour l'Ouest s'agace également: "*_Les médiateurs ne suivent pas la note de mission*. Toutes les questions tournent autour de Nantes-Altantique et on ne prend pas en compte assez suffisamment la consultation du 1er juin ou les 178 décisions de justice. Les médiateurs vont devoir en tenir compte."_

Jean-Claude Lemasson, le maire de Saint-Aignan de Grand Lieu a lui annoncé qu’il allait proposer à son conseil municipal "d’attaquer l’État pour la mise en danger de la vie d’autrui." Pour l’élu, le droit européen " oblige l’État à mettre en place des protections pour les riverains des plates-formes aéronautiques." Il pourrait également proposer à d'autres commune, comme Bouguenais de s'associer à cette plainte.

" On a des éléments pour sortir par le haut"

Malgré la complexité du dossier et des expertises, les médiateurs ont assuré quele rapport sera rendu le 1er décembre prochain. Le médiateur Gérald Feldzer s'est dit optimiste, tout en insistant sur le fait que la décision serait bien politique. "Je n'ai pas d'intime conviction, pas plus aujourd'hui que j'en aurai demain", a t-il déclaré. Vieux de cinquante ans, le dossier est "clairement une prise de tête, parce que les positions sont tranchées, sont violentes, de part et d'autre", a dit Gérard Feldzer dans un sourire.

Le Premier ministre Edouard Philippe a promis de prendre une décision avant Noël.

Une liste complète des auditions menées et des travaux en cours a été mise en ligne mardi soir sur internet (http://mediation\-aeroport\-du\-grand\-ouest.fr).