Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Les transports : un enjeu électoral 2017

LGV Paris-Bordeaux : à Châtellerault, les voyageurs réclament de nouveaux horaires

mardi 28 mars 2017 à 6:00 Par Mélanie Barbotin, France Bleu Poitou et France Bleu

De moins en moins de trains pour Bordeaux, des horaires décalés qui repoussent l'arrivée en gare Montparnasse. Les usagers du TGV depuis Châtellerault tirent la sonnette d'alarme, à quatre mois de la mise en service de la ligne à grande vitesse.

Les voyageurs à Châtellerault se sentent lésés depuis les travaux de la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux.
Les voyageurs à Châtellerault se sentent lésés depuis les travaux de la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux. © Radio France - RADIO FRANCE

Châtellerault, France

Quelques minutes de décalage qui font toute la différence pour Pascal. Salarié dans une entreprise de marketing, il fait presque tous les jours l'aller-retour Châtellerault-Paris. Depuis 3 ans et les travaux sur la ligne, il arrive de plus en plus tard en gare Montparnasse. "On a commencé à nous faire arriver à 8h10, puis, 8h15, 8h20 et maintenant avec les nouveaux horaires 8h26 et c'est le premier train !"

C'est à cette heure là que tu arrives ? Ça va pas le faire !

Il doit rajouter 45 minutes de métro pour rejoindre son lieu de travail, alors impossible pour lui d'être au bureau avant 9h15. "Et encore si votre train n'a pas de retard", résume-t-il amer. Deux fois son patron lui a même fait une remarque. "Il m'a dit : c'est à cette heure-là que tu arrives ? Ça va pas le faire !"

Depuis sa vie ressemble à celle du lapin blanc dans Alice aux pays des merveilles. Ce chef de service court, montre en main, et réaménage sa façon de travailler. " C'est un casse-tête pour organiser des réunions. J'essaie de ne pas les faire trop tôt pour être là et il faut absolument qu'elle se termine avant 17h, pour ne pas que je rate mon train", raconte-t-il. Car le voyage retour n'est pas plus simple ! Le dernier train qui s'arrête à Châtellerault, quitte la gare à 18h30. Beaucoup trop tôt pour ce salarié. "Si je le rate, ça m'est arrivé une fois, j'ai pris un train pour Poitiers et j'ai payé 80 euros de taxi pour rejoindre Châtellerault !"

Ce sont les villes moyennes comme Châtellerault qui payent

Un collectif s'est créé sous le nom de "Châtellerault, notre gare, notre avenir". Il s'agit d'usagers en colère qui réclame de nouveaux horaires plus adaptés à la vie professionnelle. "Nous sommes les oubliés de la LGV", se désole Pascal qui a rejoint le mouvement. Un sentiment que partage Jean-Louis Moreau, secrétaire de l'association qui compte une centaine de membres. "La ligne à grande vitesse avantage seulement Bordeaux. C'est un accompagnement de la métropolisation au détriment d'un réel aménagement du territoire et ce sont les villes moyennes comme Châtellerault qui payent."

Si la situation est compliquée pour les voyageurs dans le sens Châtellerault-Paris, en direction de Bordeaux c'est encore pire. "Sur 5 TGV qui s'arrêtent à Châtellerault, un seul arrive à Bordeaux, les 4 autres sont terminus Poitiers", déplore Jean-Louis Moreau, alors même que Bordeaux est devenue avec la Nouvelle-Aquitaine, la capitale régionale.

Un grand rassemblement, avec élus, habitants et usagers s'est déroulé samedi 18 mars et a réuni 170 personnes pour ne pas abandonner la gare de Châtellerault. Une lettre a aussi été envoyée au président de la SNCF, pour l'instant restée sans réponse.

0 sondages, 1000 reportages - Radio France
0 sondages, 1000 reportages © Radio France - FB

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.