Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Nouvel appel à la grève chez Air France

mercredi 4 avril 2018 à 18:23 - Mis à jour le jeudi 5 avril 2018 à 10:23 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Dix syndicats d'Air France appellent à reconduire la grève les 17 et 18 avril puis les 23 et 24 avril. Ils réclament toujours une augmentation générale des salaires. La réunion prévue ce mercredi avec la direction n'a pas permis de trouver une issue au conflit.

Air France : grève pour les salaires les 17 et 18 avril puis les 23 et 24 avril.
Air France : grève pour les salaires les 17 et 18 avril puis les 23 et 24 avril. © Maxppp - Julio PELAEZ

Le mouvement des personnels se poursuit chez Air France. Pour tenter de désamorcer le conflit salarial en cours depuis février, la direction a convié les organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnels au sol (CGT, FO et SUD), mercredi matin mais la rencontre a tourné court.

  - Visactu
© Visactu

"Simulacre de négociation"

Dans un communiqué transmis à l'AFP ce mercredi soir, l'intersyndicale dénonce un "simulacre de négociation" et appelle à quatre journées de grève supplémentaires les 17 et 18 avril puis les 23 et 24 avril. De son côté, la direction affirme que l'intersyndicale a "refusé de s'engager dans une discussion constructive"

Les syndicats réclament toujours une augmentation des salaires de 6%. La direction propose, elle, de négocier autour de "la mise en place d'un mécanisme complémentaire d'ajustement salarial pour les personnels dont le salaire individuel aurait augmenté moins vite que l'inflation entre 2011 et 2017." Inacceptable pour les syndicats qui ont quitté la table des négociations moins de trois-quarts d'heure après le début des discussions.

Ces jours de grève s'ajoutent aux quatre déjà effectués depuis un mois et demi (22 février, 23 et 30 mars, 3 avril) et aux trois jours déjà programmés les 7, 10 et 11 avril.