Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Nouvelle Aquitaine : en renconquête, la SNCF teste des petits prix sur les TER

lundi 27 août 2018 à 16:12 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde, France Bleu La Rochelle, France Bleu Limousin, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord et France Bleu Poitou

20% de fréquentation en moins entre avril et juin, c'est le bilan affiché par les TER de Nouvelle Aquitaine, qui ont souffert de la grève. Alors, pour récupérer ses clients, la SNCF annonce ce lundi que 1 000 billets à petit prix seront mis en vente chaque semaine, de septembre à décembre.

 Prix à la baisse annoncée sur les TER en Nouvelle-Aquitaine.
Prix à la baisse annoncée sur les TER en Nouvelle-Aquitaine. © Radio France - Thomas Coignac

Bordeaux, France

Il faudra être vigilant, et un habitué du site des TER Nouvelle-Aquitaine, pour être dans les premiers servis. Chaque semaine, entre septembre et décembre, 1 000 billets à petit prix seront mis en vente par la SNCF. 5 euros, par exemple, pour un aller entre Bordeaux et Arcachon, 20 entre Bordeaux et Hendaye. 1 000 places, donc, par semaine, à acheter de 60 à deux jours avant le départ du train. Et des réductions d'environ 75% par rapport au prix initial. Un test, qui va durer jusqu'en décembre, avant d'être éventuellement prolongé. 

Quelques lignes concernées par les prix réduits, pour un aller simple.  - Aucun(e)
Quelques lignes concernées par les prix réduits, pour un aller simple. - SNCF

C'est une partie de la stratégie de reconquête de la SNCF. Car le mot, reconquête, était sur toutes les lèvres, lors de la conférence de presse de rentrée, ce lundi. Les TER ont souffert de la grève des cheminots, entre avril et juin. Et la Région Nouvelle-Aquitaine a fait ses comptes : 20% de passagers en moins. "Alors que le début d'année 2018 était prometteur, souligne Renaud Lagrave, adjoint à la Région en charge des Mobilités, avec une augmentation de la fréquentation de l'ordre de 10%". 

Conférence de presse... dans un TER pour Philippe Bru (debout) et Renaud Lagrave (assis derrière lui). - Radio France
Conférence de presse... dans un TER pour Philippe Bru (debout) et Renaud Lagrave (assis derrière lui). © Radio France - Thomas Coignac

Si, côté SNCF, on se satisfait des chiffres de l'été (30 % d'augmentation au niveau des vacanciers, deux fois plus de jeunes), on est conscient que la clientèle de rentrée n'est pas la même, et ressemble davantage à ceux qui ont déserté le train au printemps. "C'est pour cela qu'on met le paquet sur les abonnés", explique Philippe Bru, le directeur régional de la SNCF. 

Des abonnements à moitié prix en septembre

Car la deuxième partie des annonces de la SNCF, concernait bien la politique d'abonnement, ce qui permet de bénéficier de réductions. "Nous avons 53 000 abonnés en Nouvelle-Aquitaine, ce n'est pas assez", dit Renaud Lagrave. Ainsi, le mois de septembre coûtera deux fois moins cher aux anciens et aux nouveaux abonnés, mensuels ou annuels. Au niveau du service, la SNCF promet 10 rames plus modernes sur la ligne Bordeaux-Limoges, un numéro d'appel spécialement dédié aux abonnés, et des informations trafic en temps réel sur Twitter. 

On ne peut pas se satisfaire d'avoir 90% de régularité sur les trains, dit la FNAUT

Mais, pour Christian Broucaret, le président de la FNAUT (Fédération nationale des associations d'usagers des transports) Nouvelle-Aquitaine, la différence se fait davantage sur la fiabilité. "On ne peut pas se satisfaire d'avoir 90% de régularité sur les trains, regrette-t-il. Cela voudrait dire qu'une personne qui va 5 jours par semaine au travail en train, aller-retour, arrive une fois en retard". D'autant que la régularité, de l'aveu même de la SNCF, a été le point noir des TER Nouvelle-Aquitaine au mois de juillet, avec 14% de trains en retard, ou supprimés. Des chiffres qui s'expliquent notamment par les intempéries.