Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : envisager le développement touristique des vingt prochaines années du canal du Nivernais

-
Par , France Bleu Auxerre

Les départements de l'Yonne et de la Nièvre, la Banque des territoires, VNF et la région Bourgogne-Franche-Comté lancent des études auprès des habitants et des acteurs privés afin d'écrire la feuille de route du développement touristique du canal du Nivernais des vingt prochaines années.

Le canal du Nivernais est le deuxième canal le plus fréquenté de France. On compte près de 2 000 passages à l'écluse par jour.
Le canal du Nivernais est le deuxième canal le plus fréquenté de France. On compte près de 2 000 passages à l'écluse par jour. - Yves Vecten

Pour évoquer le développement touristique du canal du Nivernais, sérieusement chamboulé par la crise sanitaire de la Covid-19, nous avons posé quatre questions à Yves Vecten, président du syndicat mixte des équipements touristiques du canal du Nivernais.

Le canal du Nivernais est le deuxième canal le plus fréquenté de France. Or, son activité touristique a été sérieusement touchée au printemps dernier. Prenons par exemple les péniches-hôtels, 95 % de leur clientèle était historiquement américaine. On imagine le manque à gagner depuis plusieurs mois... Expliquez-nous comment vous comptez faire pour poursuivre l'attractivité touristique du canal du Nivernais ?

Nous sommes actuellement en pleine étude de prospective sur le devenir du canal du Nivernais. Savoir ce que la population et les utilisateurs veulent faire de ce canal dans les vingt ans à venir. Nous avons donc lancé un compte Facebook qui s'appelle « Imagine le canal du Nivernais » et nous voudrions que toute la population s'exprime et dise leurs intentions pour le canal, comment ils le voient dans le futur. À partir de tout ce que les gens vont nous dire, nous pourrons décider du futur du canal du Nivernais. C'est là que les politiques entrent en jeu pour que les deux conseils départementaux et VNF puissent aménager ce canal.

Ces études répondent un petit peu à une évolution de la clientèle du canal du Nivernais ?

Tout à fait. Malheureusement avec la Covid-19, beaucoup d'étrangers ne sont pas venus en France. Les opérateurs touristiques ont essayé de se restructurer sur la clientèle française. On a remarqué une appétence pour tous les endroits tranquilles, les endroits au bord de l'eau, les endroits calmes et isolés. Après le déconfinement, nous avons vu énormément de vélos, plus d'habitude. On a eu énormément de marcheurs et on a eu quand même un certain nombre de bateaux qui ont fonctionné avec la clientèle française.

"À partir de tout ce que les gens vont nous dire, nous pourrons décider du futur du canal du Nivernais." - Yves Vecten, président du syndicat mixte des équipements touristiques du canal du Nivernais.

Est-ce que vous vous attendez à une activité estivale et automnale plus importante que pour la même période l'an dernier ?

On espère, avec le climat tel qu'on l'a actuellement, voir passer encore des bateaux. Malheureusement au printemps les pertes ont été énormes, surtout pour les petits hôtels, des pertes énormes et nous n'arriverons pas à compenser ce phénomène.

Comment vous imaginez la navigation sur le canal du Nivernais dans vingt ans ?

C'est un souhait personnel, mais j'aimerais qu'il y ait encore des éclusiers même si on leur facilite la tâche avec un peu de mécanique. Ce sont des ambassadeurs formidables pour le canal. Ce sont ceux qui peuvent en parler le mieux. Je souhaiterais que ce soit une clientèle de familles, mais aussi d'étrangers. Ça créerait un melting-pot. C'est toujours intéressant de rencontrer un Australien, de pouvoir échanger deux mots même si c'est pas facile, ça enrichit le territoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess