Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : l'aéroport de La Rochelle Ile-de-Ré tourne au ralenti

-
Par , France Bleu La Rochelle

Avec un deuxième confinement en cours, très peu d'avions sillonnent le ciel français et européen. Le trafic aérien est réduit de 70 à 80% au niveau mondial depuis le début de l'année. Une seule ligne est actuellement assurée par l'aéroport de La Rochelle Ile-de-Ré. La Rochelle / Poitiers / Lyon.

Aéroport de La Rochelle Ile-de-Ré
Aéroport de La Rochelle Ile-de-Ré © Radio France - Gérald Paris

Et si, il en restait qu'une ? A La Rochelle, les liaisons aériennes se font rares, mais on peut encore rallier Lyon par les airs, mais il faut bien l'avouer, il y a moins de fréquences qu'avant. Deux allers retour par semaine, au lieu d'un aller retour par jour. "Il faut viser juste pour rallier la capitale des gaules" dit un des passagers du lundi. Christian de la société Transalp renouvellement. 

Un employé qui revient le week-end en famille dans l'agglomération rochelaise. "Avec un aller retour le lundi, et un autre le vendredi, c'est léger, mais çà passe pour éviter de rallier Bordeaux ou Nantes."

Des avions de 42 places avec à peine 7 ou 8 passagers

Mais la compagnie Chalair qui assure cette liaison peut difficilement faire mieux. Ses avions de 42 places n'emportent qu'à chaque vol 7 à 8 personnes. "La liaison a beau être de service public, subventionnée par l'état et le département de la Vienne et de Charente-Maritime pour désenclaver le territoire avec une diagonale Est-Ouest en passant par Poitiers, le contexte actuel fait que la compagnie qui l'exploite perd de l'argent." précise Thomas Juin, le directeur de l'aéroport rochelais. 

"On ne peut pas augmenter la subvention d'un million 500 000 euros d'un claquement de doigt. C'est un plafond quoiqu'il arrive."

Mais Thomas Juin, qui est aussi président de l'union des aéroports français, est pour le moyen terme plutôt optimiste sur une reprise progressive des liaisons aériennes au départ ou à l'arrivée de La Rochelle :

"Je ne dis pas que l'on revivre un été comme en 2019, non, mais ce ne sera pas non plus un été comme celui que l'on vient de passer. Ce sera ... entre deux eaux. Je ne suis pas très inquiet pour une reprise d'activité de loisir, et pour des déplacements familiaux. Par contre, on demande au gouvernement qu'il y ait des tests systématiques imposés aux passagers qui veulent prendre l'avion. Cela permettra de fonctionner même si la pandémie n'est pas résorbée. Cela éviterait les quarantaines."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess