Transports

Les chauffeurs d'Uber suspendent leur mouvement durant le week-end de Noël

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Paris Région et France Bleu jeudi 22 décembre 2016 à 17:07 Mis à jour le vendredi 23 décembre 2016 à 21:20

Les négociations sont toujours au point mort entre les chauffeurs de VTC et la plateforme Uber
Les négociations sont toujours au point mort entre les chauffeurs de VTC et la plateforme Uber © Maxppp -

Mobilisés depuis une semaine, les chauffeurs d'Uber ont annoncé ce vendredi qu'ils suspendaient leur mouvement pour le week-end de Noël. Ils réclament une revalorisation des tarifs de la course.

Après une nouvelle journée de mobilisation, les chauffeurs de VTC ont décidé de suspendre leur mouvement de protestation "au moins jusqu'à lundi" contre la plateforme de réservation américaine Uber "par respect pour la population" a précisé Fabian Tosolini (CFDT-Transports) ce vendredi.

Dès 5 heures ce matin, une trentaine de chauffeurs ont bloqué les abords des aéroports de Roissy et Orly en région parisienne. Selon le PC Mobilité de Radio France, cela a provoqué un embouteillage d'environ 45 minutes à Roissy, dès 8 h 30, à cause d'un barrage filtrant. Un rassemblement s'est aussi tenu à Orly, mais il n'y a pas eu de blocage.

Une opération escargot a ensuite été lancée à 10 heures jusqu'au siège de la plateforme américaine Uber, rue de Cambrai, dans le 19e arrondissement de Paris. Le plus gros cortège est parti vers 10h15 de Roissy, occasionnant une circulation difficile sur l'A1. Le convoi a grossi jusqu'à "300-400 voitures", selon l'Unsa-VTC.

Échec des négociations

Mardi, les négociations entre Uber et les chauffeurs de VTC ont une nouvelle fois échoué, la plateforme refusant de revaloriser les tarifs, à 8 euros minimum la course alors qu'elle est à 6 euros aujourd'hui. Ils veulent que le géant américain relève ses tarifs jugés "indignes". Les chauffeurs réclament aussi le retour à une commission de 20% perçue par l'application, contre 25% depuis le 8 décembre.

Le porte-parole de la plateforme de VTC Uber avait annoncé, au terme de la réunion, la création d'un fonds d'aide de deux millions d'euros à destination des chauffeurs en difficulté. "C'est un effet d'annonce, une tentative pour nous endormir", avait estimé Jean-Claude Resnier de VTC de France.

À LIRE AUSSI ►►► Les chauffeurs de VTC annoncent des actions vendredi à Paris malgré une aide de deux millions d'euros

Adoption de la loi Grandguillaume

Le Parlement a définitivement adopté mercredi la proposition de loi Grandguillaume. Objectif : "pacifier" les relations entre les taxis et les VTC. Le texte veut, entre autres, lutter contre l'emprise des plateformes sur les conducteurs.