Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Transports

La Région Occitanie veut plus de TER, moins chers, dès la fin de l'année

mardi 10 avril 2018 à 5:05 Par Clémence Fulleda, France Bleu Occitanie

Après d'âpres négociations, la SNCF et la Région Occitanie ont finalement signé une nouvelle convention pour l'exploitation du TER. Elle organise l'offre des trains du quotidien pour les huit prochaines années (2018 à 2025). Précisions.

La Région Occitanie veut créer 37 000 places supplémentaires par jour.
La Région Occitanie veut créer 37 000 places supplémentaires par jour. © Radio France - Bénédicte Dupont

Occitanie, France

"Plus de TER, moins cher". Voilà l'ambition affichée par Carole Delga, la présidente socialiste de la Région Occitanie. Le 23 mars dernier, la Région a voté la nouvelle convention d'exploitation du TER, qui a été signée ce 9 avril 2018 à Toulouse. Elle fixe des objectifs quantitatifs et qualitatifs.

92% de trains à l'heure en 2025

La Région exige que 92% des trains soient à l'heure en 2020, contre environ 86% aujourd'hui, et une baisse de 20% du nombre de trains supprimés. En cas de non respect de ces engagements, les pénalités infligés à la SNCF pourront s'élever à 4,2 millions d'euros par an (soit environ 1 million de plus que l'ancienne convention).

Il faut dire que la Région met sur la table environ 300 millions d'euros par an, soit 25 milliards d'euros au total. 

Plus de trains et de nouvelles lignes

Actuellement, 66 000 personnes voyagent chaque jour sur l'ensemble de l'Occitanie (80000 le vendredi), un chiffre en progression de 5,1% l'an dernier. La Région souhaite créer 37 000 supplémentaires chaque jour.

Pour cela, il va donc y avoir un renforcement de lignes existantes et la création de nouvelles.

Jean-Luc Gibelin (élu aux transports à la Région), Frank Lacroix (directeur général TER), Carole Delga (présidente de la Région Occitanie) et Jacques Nascol (directeur régional TER Occitanie) ont signé la convention TER ce lundi 9 avril.  - Aucun(e)
Jean-Luc Gibelin (élu aux transports à la Région), Frank Lacroix (directeur général TER), Carole Delga (présidente de la Région Occitanie) et Jacques Nascol (directeur régional TER Occitanie) ont signé la convention TER ce lundi 9 avril. - Jean-Jacques Ader (Région)

Entre Toulouse et Perpignan par exemple, il y aura 6 aller-retours en TER d'ici la fin de l'année, et 6 supplémentaires avec un changement à Narbonne l'année suivante, soient 12 TER par jour (24 liaisons).

La ligne Montréjeau-Luchon, en Haute-Garonne, devrait rouvrir fin 2020, et il y aura 28 trains supplémentaires entre Toulouse-Montauban et Agen-Brive.

Quant aux guichets, ils seront tous maintenus sauf trois : Varilhes, en Ariège, Cordes-sir-Ciel et Albi-Madeleine. 

Le train à 1 euro, seulement sur certains horaires

La Région promet des tarifs attractifs pour développer le rail. 

Ainsi, le prix de l'abonnement va diminuer d'environ 11 euros pour les moins de 26 ans, les plus démunis auront droit à 20 trajets gratuits sur 6 mois.

Le train à 1 euro, qui existe déjà dans l'ancienne région Languedoc-Roussillon va être généralisé, mais seulement à certains horaires peu fréquentés et il faudra prendre les billets sur internet. 

Mardi matin sur France Bleu Occitanie : le vice-président de la région en charge des mobilités et des infrastructures de transport est revenu sur ces annonces

"Les pénalités versées pour les retards peuvent aller de 700 000 à 4,2 millions d'€" Jean-Luc Gibelin, vice-président de la région Occitanie