Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Occitanie : l'autoroute Toulouse-Castres inscrite dans le marbre

dimanche 25 novembre 2018 à 17:01 Par Pierre Viaud et Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

L'autoroute Castres Toulouse doit accueillir ses premiers véhicules en 2023. la ministre des transports, Elizabeth Borne vient de l'inscrire dans la loi de programmation de l'orientation, des mobilités. la fin d'un très long combat dans le Tarn.

les entrepreneurs du sud tarnais se sont beaucoup mobilisés pour le projet
les entrepreneurs du sud tarnais se sont beaucoup mobilisés pour le projet © Maxppp - marc Guilbert / la Dépêche du Midi

Castres, Occitanie, France

Elle aurait dû ouvrir en 2013, et ce sera finalement dix ans plus tard que le tronçon de 80 kilomètres devrait relier la préfecture de Haute Garonne  à la sous préfecture du Tarn. l’inscription du projet dans la loi de d'orientation des mobilités qui sera présentée au Sénat d'ici la fin de l'année, se fait avec un calendrier clairement défini. En 2021 la signature du contrat de concession  et un début des travaux en 2022, pour une livraison un an plus tard.  L'A69 coûtera 480 millions d'euros et sera réalisée par un concessionnaire privé, avec donc des péages. l’État et les collectivités locales s'engagent à verser une subvention d'équilibre de 230 millions d'euros à parts égales.

L'A69 ouvrirait en 2023

C'est la deuxiéme bonne nouvelle de l'année pour les pro-autoroute du sud tarnais. En juillet déjà le Premier Ministre Edouard Philippe avait signé la déclaration d'utilité publique. A l'inverse, les opposants du PACT, le collectif Pas d'Autoroute Castres Toulouse , ne désespèrent pas d'un rejet du projet par les parlementaires, préférant un aménagement de la nationale existante.

A Mazamet, élus, habitants et chefs d'entreprises se réjouissent

"c'est vital; on est déjà en train de mourir"- un habitant de Mazamet

Les opposants n'ont pas dit leur dernier mot

« Il n’y a pas de besoin d’autoroute – estime Stéphane Deleforge du Collectif " Pas d'Autoroute Castres Toulouse", une autoroute c’est un projet très impactant sur l’environnement, sur la santé. Si le besoin n’est pas avéré, il n’y a aucune de raison de bâtir une autoroute. On a tout à fait les moyens de répondre aux besoins de déplacement entre Castres et Toulouse en améliorant la route actuelle qui a les défauts qu’on connait tous, mais qui a un gros avantage, elle est gratuite, et elle n’engendrera pas de dépenses inconsidérées comme ce projet autoroutier. Laissons les parlementaires en débattre, c’est un mauvais projet qui n’est plus de la bonne époque, je suis confiant dans le fait qu’il ne se fera pas. »

Stéphane Deleforge du Collectif " Pas d'Autoroute Castres Toulouse"

Ecologie contre aménagement du territoire

Pour le maire de Castres Pascal Bugis : « la réalisation de ce projet ne sera que justice pour les habitants du bassin de Castres Mazamet. C’est l’équité par rapports aux autres territoires. Nous sommes aujourd’hui handicapés par rapport à d’autre centre urbains par notre isolement, pour l’implantation des entreprises, pour l’accès aux soins, et dans la vie quotidienne de nos concitoyens. »  Interrogé sur la construction d’une autoroute en plein débat sur la transition écologique, le maire de Castres pointe le « télescopage des calendriers qui est ce qu’il est, j’entends bien les critiques que peuvent susciter ce projet d’autoroute , simplement les décisions ont été prises il y a longtemps, elles mettent très longtemps à s’inscrire dans le concret, et les populations de Castres et de Mazamet ne peuvent pas être pénalisées parce qu’elles vivent à Castres Mazamet et parce qu’on a mis 10 ans ou 20 ans à trouver les solutions pour traiter ce territoire équitablement. »

Ecoutez l'intégralité de l'interview de Pascal Bugis, le maire de Castres