Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Opération escargot des chauffeurs VTC ce jeudi à Paris

mercredi 9 janvier 2019 à 21:19 Par Viviane Le Guen, France Bleu et France Bleu Paris

Le chauffeurs VTC prévoient une opération escargot dès 6 heures ce jeudi entre la porte Maillot et l'aéroport de Roissy en région parisienne. Ils réclament un tarif minimum pour les courses et la mise en place d'un numerus clausus pour réguler la profession.

Les chauffeurs de VTC bloquent le Cours des 50 otages à Nantes
Les chauffeurs de VTC bloquent le Cours des 50 otages à Nantes © Radio France - Maureen Suignard

Paris, France

Les véhicules sont appelés à se rassembler dès 6 heures ce jeudi Porte Maillot à Paris à l'appel de la CFDT - VTC et FO Capa VTC pour se rendre jusqu'à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle via le périphérique et l'A1. Les syndicats prévoient une opération escargot et un barrage filtrant au niveau de l’aéroport. 

Trop de chauffeurs 

"Ce n’est plus possible, le marché est totalement saturé et on ne peut pas gagner sa vie" explique Marc Niederlender de la CFDT VTC qui réclame le gel immédiat des examens à venir et l'instauration d'un numerus clausus limitant le nombre de chauffeurs dont le nombre a explosé durant les deux dernières années selon les syndicats. 

Une situation encore plus prégnante en Ile-de-France. Sur les 36.000 VTC recensés dans le pays, plus de 26.000 sont en région parisienne, c'est presque deux fois plus que de taxis.

Une tarification minimale par course

Autre revendication : l'instauration d'une tarification minimum d'1,60 euros le kilomètre. "On ne peut plus travailler pour 4,50 euros de l’heure. On a été impactés sur le gasoil, nos assurances n'ont de cesse d'augmenter, ce n'est plus possible !" affirme Marc Niederlender, "il n’est pas normal que l'on soit obligé de travailler entre 70 et 80 heures par semaine pour à peine un SMIC, on veut vivre dignement de notre métier."

Reçus au ministère des Transports mardi, les représentants des VTC n'ont pas obtenu satisfaction. Ils espèrent obtenir un nouveau rendez-vous ce jeudi. Un rassemblement est prévu vers 16h30, devant les portes du ministère de la Transition écologique et solidaire, boulevard Saint-Germain à Paris.