Transports DOSSIER : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

"Non à l'A45" sur des panneaux d'affichage de la Loire

Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 27 décembre 2016 à 17:18

Elles sont situées à Saint-Étienne, dans la vallée du Gier, celle de l'Ondaine et même dans la plaine du Forez.
Elles sont situées à Saint-Étienne, dans la vallée du Gier, celle de l'Ondaine et même dans la plaine du Forez. © Radio France - Angy Louatah

Il y a deux semaines, des opposants à la future autoroute entre Saint-Étienne et Lyon étaient mobilisés devant l'hôtel de région. Aujourd'hui, le collectif de sauvegarde des coteaux du Jarez profite des prix attractifs des panneaux d'affichage en fin d'année pour faire passer le message.

Il y a en tout 32 panneaux d'affichage entre la vallée du Gier, Saint-Étienne, et même Montbrison. Ils disent "non à l'A45" en évoquant une autoroute "coûteuse", "inutile" et "néfaste". C'est le collectif de sauvegarde des coteaux du Jarez qui en est à l'origine.

Si les 15 et 16 décembre encore, des opposants se réunissaient contre le projet, l'A45, reconnue d'utilité publique, a reçu un avis favorable de l'autorité de régulation des affaires ferroviaires (Arafer) en octobre. Les premiers financements du département de la Loire, de Saint-Étienne Métropole et de la région Rhône-Alpes ont été votés. Dans quelques semaines, la société Vinci sera officiellement choisie par l’État pour construire et exploiter la nouvelle autoroute entre Saint-Étienne et Lyon. Mais pour Julia Lourd, du collectif de sauvegarde des coteaux du Jarez, le combat est loin d’être perdu.

Tant que les travaux n'ont pas commencé et même s'ils commencent, la lutte continue, on est sûr qu'elle ne se fera pas. Les collectivités territoriales du Rhône sont contre. Il n'y a pas unanimité sur ce dossier et cela fait vingt ans que cela dure. (Julia Lourd)

D'ici l'élection présidentielle, il y a peu de chances de faire bouger les lignes. Le collectif d'opposants entend pourtant continuer à se mobiliser dans les mois qui viennent. L'objectif est d'être là, sans forcément s’époumoner alors même que l'actualité sera ailleurs. "On fera quelque chose quasiment tous les quinze jours, des petites piqûres de rappel comme cela" explique-t-elle. Il va falloir, pour ce collectif, saisir les opportunités, c'est déjà le cas avec cette campagne à bas coût. 3000 euros pour quelques jours bradés par les sociétés d'affichages entre Noël et le Jour de l'an.

Jusqu'à Montbrison

Par des actions régulières le collectif veut convaincre bien au-delà de la vallée du Gier, première concernée. Cette campagne d'affichage s'étend jusqu'à Feurs et Montbrison.

Ce sont des gens qui vont intégrer la communauté urbaine de Saint-Étienne Métropole au 1er janvier et ils ne connaissent absolument pas le dossier A45, ce que je comprends évidemment, les gens de l'Ondaine un petit peu, mais les gens de la plaine absolument pas. (Julia Lourd)

Le collectif promet de "passer à la vitesse supérieure" dès que le contrat sera signé avec Vinci, a priori d'ici quelques semaines, "car c'est seulement à ce moment là que les premières démarches administratives d'expropriation pourraient être entamées" , explique Julia Lourd.