Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Optymo sort doucement la tête de l'eau

vendredi 13 novembre 2015 à 6:00 Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

Après une année 2014 marquée par un déficit de 1 million 270 000 euros, les finances du syndicat mixte des transports en commun du Territoire de Belfort vont un peu mieux. Le déficit devrait être résorbé d'ici 3 ans sans l'aide des collectivités. Une réforme du transport à la demande sera engagé.

Le déficit devrait être résorbé d'ici trois ans
Le déficit devrait être résorbé d'ici trois ans © Maxppp - Simon Daval

Belfort, France

Les efforts ont été payants. Après avoir enregistré un déficit d'1 million 270 000 euros pour l'année 2014, le SMTC (syndicat mixte des transports en commun) avait du engager des réformes sur son réseau Optymo: baisse de la fréquence des bus, 24 conducteurs en moins, augmentation du tarif (on est passé de 80 centimes à 1 euro le voyage) ont permis de redresser un peu la barre. Le déficit a ainsi été diminué de 300 000 euros cette année, il devrait être résorbé d'ici trois ans sans faire appel aux collectivités locales. Pour cela le SMTC doit continuer ses efforts. Il est notamment question de réformer le service du transport à la demande. 

"Le transport à la demande est devenu un service de taxis"

Un service qui coûte très cher au syndicat mixte: 2 millions 500 000 euros par an, 16 euros le transport. Un service qui a surtout été complètement dévoyé par rapport au projet initial. Au départ il s'agissait de proposer un transport aux personnes les plus isolées, notamment dans les villages, en réservant une place dans un mini-bus, une heure avant le trajet et ce quelque soit la commune et la destination. "Le problème c'est que ce transport à la demande est devenu un service de taxis surtout pour les jeunes" explique Marc Rovigo, le directeur du SMTC, "des adolescents l'utilisent toute la journée, quand ils sortent de cours, parfois même juste pour aller manger chez eux. Nos bus tournent ainsi partout et parfois à vide". Le syndicat réfléchit donc à rationaliser ce service en faisant peut-être un peu plus de transports réguliers. Cette réforme devrait permettre de faire entre 600 000 et 1 million d'euros d'économies. 

"On ne réduit pas la voilure"

Pour le reste, le SMTC ne touche plus à rien. Pas question pour son président Bernard Guillemet d'augmenter encore les tarifs cette année. Même si à moyen terme et avec l'arrivée du pôle métropolitain il n'exclut pas un alignement sur le tarif de Montbéliard qui est de 1,20 euros. "Les transports scolaires restent également gratuits et enfin on ne vas augmenter le versement transport pour ne pas affaiblir les entreprises dans le contexte actuel". Pas question non plus de toucher à l'offre triple-play. L'offre: bus, vélos, voiture. D'ici quelques jours, l'auto-partage arrivera ainsi dans trois nouvelles communes: Valdoie, Danjoutin et Cravanche. 

Bernard Guillemet, le président du SMTC