Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Panique lors d’un vol Perpignan-Paris qui se pose en urgence à Toulouse

Un vol de la compagnie Hop a dû être dérouté quelques minutes ce mercredi après son décollage de Perpignan, suite à un dégagement de fumée dans le cockpit. Des passagers racontent de longues minutes d’angoisse.

L'avion s'est posé à 11h44 à l'aéroport de Toulouse après de longues minutes d'angoisse pour les passagers (photo d'illustration)
L'avion s'est posé à 11h44 à l'aéroport de Toulouse après de longues minutes d'angoisse pour les passagers (photo d'illustration) © Maxppp - Arnaud Beinat

Perpignan, France

"J’ai vécu la peur de ma vie", raconte une passagère du vol AF7465 qui devait effectuer la liaison Perpignan-Paris ce mercredi matin. Quelques minutes après le décollage, l’avion opéré par Hop a été dérouté pour un atterrissage d’urgence à l’aéroport de Toulouse.

"Une fois que nous étions en vol, nous avons entendu un ultrason très puissant, raconte Caroline, l’une des passagères. Cinq minutes après, l’hôtesse est sortie de la cabine avec un masque à oxygène et un scaphandre. On a compris qu’il se passait quelque chose de grave." 

"Des passagers pleuraient"

Dans les minutes qui suivent, le commandant annonce aux passagers qu’il y a de la fumée dans la cabine de pilotage. L’avion redescend très rapidement en altitude. "Nous avions tous très mal aux oreilles, poursuit Caroline. Des passagers pleuraient, d’autres ont fait des malaises. Les minutes semblaient très longues…" Lorsque l’avion s’est finalement posé à Toulouse vers 11h44, la gendarmerie et les pompiers étaient déjà sur place. 

Témoignage de Caroline

"Des turbulences, j’en ai déjà connues, témoigne Jean-Claude, un autre passager. Et à mon âge, 50 ans, des frayeurs, j’en ai eues. Mais pas à ce point-là ! Je me suis vue mourir. Quand vous voyez l’hôtesse en panique avec le masque sur la tête…

Quatre passagers aidés par les pompiers

Selon plusieurs passagers, la compagnie n'a proposé aucune prise en charge aux voyageurs à l’aéroport de Toulouse. "Aucune collation, aucune bouteille d’eau, confirme Jean-Claude. On nous a seulement offert un bon de réduction de dix euros pour un prochain voyage."

Témoignage de Jean-Claude

Dans un communiqué, la compagnie tient à dédramatiser la situation : "Air France confirme que l’équipage (...) a décidé de se dérouter vers l’aéroport de Toulouse à la suite de l’apparition d’une fumée à bord, conformément aux procédures du constructeur et en application du principe de précaution. L’avion a atterri normalement à Toulouse à 11h44 où quatre clients légèrement affectés par l’événement ont été pris en charge par les pompiers lors du débarquement. Air France rappelle que ses équipages sont formés et entraînés régulièrement pour gérer ce type de situation connue et maîtrisée et la sécurité des vols est un impératif absolu."