Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Paris : le tribunal administratif annule la fermeture à la circulation des voies sur berge rive droite

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

Le tribunal administratif de Paris a annulé, ce mercredi, la fermeture à la circulation des voies sur berge rive droite, au centre de la capitale. Une fermeture voulue par la maire socialiste Anne Hidalgo pour lutter contre la pollution de l'air.

Les voies sur berge rive droite à Paris
Les voies sur berge rive droite à Paris © Maxppp -

La fermeture à la circulation des voies sur berges rive droite, à Paris, a été annulée ce mercredi par le tribunal administratif. Cette fermeture était voulue par la maire PS de la capitale, Anne Hidalgo, pour lutter contre la pollution de l'air. 

Plus précisément, le tribunal a annulé "la délibération du 26 septembre 2016 du Conseil de Paris" qui déclarait l'intérêt général de l'opération d'aménagement de ces berges, sur la rive droite de la Seine. Selon les magistrats, cette délibération a été adoptée à la suite d'une étude d'impact qui "comportait des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet". 

Egalement retoqué par le tribunal administratif de Paris, l’arrêté du 18 octobre 2016 qui donnait le feu vert à la piétonnisation de la rive droite des voies sur berges. Selon la juridiction, l'article a été pris sur le fondement d'un article qui ne permet pas à la mairie de prononcer une interdiction permanente d’’accès des voitures à une voie, mais "uniquement d’interdire cet accès, à certaines heures, pour des nécessités liées à la circulation et à l’environnement".

Cette décision fait suite à un recours déposé par la Région et par plusieurs communes d'Île-de-France.

La mairie de Paris fait appel de la décision

La ville de Paris a annoncé ce mercredi soir qu'elle faisait appel et qu'elle allait prendre un nouvel arrêté de piétonnisation. La décision de faire de ces berges un parc réservé à la promenade "a été saluée par les Parisiens mais aussi par des centaines de milliers de visiteurs venus du monde entier", a affirmé devant la presse Anne Hidalgo, selon qui cette mesure, promesse de campagne, "fait depuis un an et demi la fierté de notre ville".  Pour l'adjoint écologiste aux Transports Christophe Najdovski, "il n'y aura pas de retour des voitures sur les berges de Seine rive droite, ni dans les prochains jours, ni dans les prochaines semaines, ni dans les prochains mois". Dans l'immédiat, les berges sont inaccessibles en raison de la récente crue.

La préfecture de police de Paris a de son côté conclu que l'aménagement "tel qu'il avait été projeté" ne pouvait "se poursuivre". Et souligné que le nouvel arrêté envisagé par la maire de Paris devra être soumis au préfet de Police "au titre du contrôle de légalité". Côté associations, 40 Millions d'automobilistes, vent debout contre la mesure, a salué "une première victoire" avec cette décision.