Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : opération escargot d'autocaristes sur le périphérique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Plusieurs dizaines d'autocars ont mené une opération escargot sur le périphérique parisien ce lundi midi. Une action individuelle de plusieurs professionnels indépendants de ce secteur touristique, qui s'impatientent malgré les négociations de la branche avec le gouvernement.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Bruno Levesque

Plusieurs dizaines de cars ont bloqué plusieurs portes du périphérique parisien ce lundi midi pour protester contre le plan tourisme annoncé par le gouvernement en fin de semaine dernière et dans lequel ils estiment avoir été oubliés. C'est une information France Bleu Paris.

Ils étaient "plusieurs dizaines de cars" a confirmé la préfecture de police à France Bleu Paris, à bloquer la circulation sur le boulevard périphérique extérieur au niveau de la porte de la Chapelle - les autocaristes occupaient deux voies sur trois - mais aussi porte de Vincennes. Enfin, un autre blocage, sur le périphérique intérieur cette fois, au niveau de la porte de Saint-Ouen.

Les oubliés du plan tourisme présenté en fin de semaine dernière ?

A l'origine de l'opération, des patrons de petites et très petites entreprises d'autocaristes, des indépendants, qui ont décidé d'eux même de cette action. Ils estiment avoir été oubliés par le plan tourisme et réclament plus d'aides pour assurer leur survie. Ces autocaristes, professionnels du tourisme au même titre que les hôteliers demandent notamment à bénéficier de la prise en charge du chômage partiel de leurs salariés, de l'exonération des charges sociales et du report des prêts bancaires.

Soit on licencie, soit on met la clé sous la porte - Antonio, gérant de Monddia France

Parmi ces petites entreprises autocaristes, Monddia France Paris, totalement à l'arrêt depuis le 16 mars. "C'est simple, soit on licencie, soit on met la clé sous la porte", alerte Antonio, le gérant de Monddia France Paris, en opération escargot, à bord d'un des sept autocars de l'entreprise. Il souhaite en premier lieu, que le dispositif de chômage partiel continue de s'appliquer après juin, jusqu'à la reprise du secteur. Le mouvement est parti spontanément sur les réseaux sociaux, pour "faire savoir qu'on existe".

S'ils ne sont pas à l'origine de cette action, les fédérations FNTV, le Groupement des autocaristes touristiques Français et OTRE se disent ce midi, "solidaires" des revendications de ce collectif. Elles comprennent "l'impatience de la base" et continue de négocier avec le gouvernement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess