Infos

Particuliers et collectivités, le déneigement, tous concernés !

Par Patrick Genthon et Jules de Kiss, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass dimanche 17 janvier 2016 à 10:28

Salage d'une route en Lorraine
Salage d'une route en Lorraine © Maxppp

La neige à commencé à tomber sur la plaine d’Alsace. En montagne le manteau blanc s’épaissit jour après jour. Sur les routes, les rues, les trottoirs et les lieux publics, le déneigement devient impératif et il concerne tout le monde : les collectivités comme les particuliers.

Vous les avez certainement croisés sur la route. Les engins de déneigement sont en action depuis le début du week-end. Dans une ville comme Mulhouse, dégager les chaussées et les traiter mobilise 110 agents et 69 engins. Il y a près de 1100 kilomètres de voirie à traiter.

Déneiger d’abord les rues en pente et les accès aux hôpitaux

De novembre à mars, deux équipes d'intervention sont prêtes dès qu’un épisode neigeux est annoncé. Elles sont d’astreinte et disponibles 24h/24h. Elles interviennent dès qu’il le faut "sur les circuits prioritaires : les rues en pente, les accès des hôpitaux et les voies de bus" explique Stéphanie Livois, chef du service propreté et déneigement de la ville de Mulhouse.

"Si une personne chute devant chez vous, vous êtes responsable"

Outre les 110 agents chargés du déneigement de chaussées, 70 autres sont affectés au déneigement des trottoirs et des zones piétonnes. Mais la collectivité tient à rappeler que les habitants ont également un rôle important à jouer dans le déneigement. "N’oubliez pas d’enlever la neige devant chez vous parce que c’est de votre responsabilité, explique Lara Million, vice-présidente de Mulhouse Alsace Agglomération. Si une personne chute devant chez vous, vous êtes responsable".

6.000 tonnes de sel

Le déneigement à un coût, jusqu’à un million d’euros à Mulhouse si l’hiver est rigoureux, un poste largement contenu ces dernières années où la neige était plus rare. Mais pour parer à toute éventualité l’agglomération de Mulhouse dispose d’une réserve de 6.000 tonnes de sel.

Aucun(e)

Ce sel est dispersé par les saleuses. François Clech en conduit une. Il gère tout depuis un petit boitier à côté de son volant : "On programme la largeur d’épandage du sel, le taux de saumure et le taux de sel. Dès qu’on roule ça se met en route." François balaye la route avec la grande lame de sa machine, mais doit rester vigilant car il opère dans la circulation. "C’est un métier intéressant et fatigant, dit-il, il faut faire attention à tout." François Clech doit prendre en compte le comportement des autres usagers, pas toujours très bienveillants. Ce qui pose le plus problème lorsqu’on conduit un tel engin dans des rues parfois étroites, ce sont les gens mal garés.

Partager sur :