Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Pas d'accélération en vue pour la déviation de Violès

mardi 3 octobre 2017 à 11:02 Par Aurélie Lagain et Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse

Le conseil départemental de Vaucluse estime qu'il ne peut pas donner un coup d'accélérateur au calendrier de la déviation de Violès.

Dans le centre du village, les camions frôlent les habitations
Dans le centre du village, les camions frôlent les habitations © Radio France - Jean-Michel Leray

Violes, France

"Si nous pouvons anticiper les délais nous le ferons" : voilà la réponse de Thierry Lagneau, vice-président du conseil départemental de Vaucluse, aux inquiétudes des habitants et de l'association "Violès sans poids-lourds".

Depuis des années, ils dénoncent le trafic transitant par le village : 500 camions par jour.

Mercredi 27 septembre, un poids-lourd transportant 17.000 litres d'azote liquide s'est embrasé : il a fallu évacuer les riverains, il n'y a pas eu de blessés.

Claude Guintrand, président de l'association Violès sans poids-lourd réagissait aussitôt sur France Bleu Vaucluse, réclamant au préfet de "rechercher une solution pour soulager dans l'intervalle le village de Violès", c'est à dire en attendant la déviation.

Sur le fond, il demandait au conseil départemental "d'accélérer le calendrier" de la déviation.

"Encore des procédures d'acquisition" - Thierry Lagneau, vice-président du conseil départemental de Vaucluse.

Réponse : Rien ne pourra se faire avant 2025 : "Indépendamment de l'accident, tout est mis en oeuvre pour qu'on aille le plus vite possible. Mais nous sommes tributaires d'un certain nombre d'aspects : il y a des acquisitions qui doivent encore s'opérer," précise Thierry Lagneau, vice-président du Conseil départemental.

L'élu détaille : "Il y a deux aspects qui vont régler les problèmes de Violès : l'engagement de recalibrage de la RD23 à Camaret-sur-Aigues et la déviation d'Orange où il y a encore des procédures d'acquisition menées par l'Etat."