Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Pas de péage urbain en Ile-de-France pour financer le Grand Paris Express, assure le député Gilles Carrez

vendredi 7 septembre 2018 à 8:40 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Gilles Carrez a assuré ce vendredi matin sur France Bleu Paris qu'il n'envisageait pas de péage urbain en Ile-de-France pour financer le Grand Paris Express. Le député LR du Val-de-Marne a remis jeudi au Premier ministre son rapport sur la consolidation du budget de ce grand chantier.

Gilles Carrez
Gilles Carrez © Maxppp - Vincent Isore

Paris, Île-de-France, France

Gilles Carrez, député LR du Val-de-Marne, a remis jeudi son rapport sur le budget du Grand Paris Express. Le Premier ministre lui avait demandé de proposer des idées pour consolider ce budget de 35 milliards d'euros.

Pas de péage urbain en Ile-de-France 

Alors que le bruit d'une création d'un péage urbain en Ile-de-France pour financer le Grand Paris Express, était persistant, Gilles Carrez a assuré ce vendredi matin sur France Bleu Paris que ce n'était pas dans son rapport. "En ce qui concerne mon rapport, je ne propose pas de péage", affirme Gilles Carrez. 

Le député a d'autres idées pour trouver les 250 millions d'euros supplémentaires nécessaires pour consolider le budget de ce projet. Le Grand Paris Express prévoit 100 km de lignes nouvelles en souterrain, un métro automatique, 68 gares, des interconnexions avec les lignes de RER existants. Le chantier doit s'achever en 2030.

Pas de taxes nouvelles mais une augmentation des taxes existantes 

Gilles Carrez propose de consolider la taxe sur les bureaux en supprimant, par exemple, les niches fiscales.  

Il propose aussi d'actualiser une taxe spéciale d'équipements, dans l'impôt foncier et la taxe d'habitation, payée par les ménages. "Elle est aujourd'hui d'environ 20 euros par an, affirme Gilles Carrez, elle pourrait augmenter de 4 ou 5 euros".

Il propose enfin de créer une quote-part régionale de la taxe de séjour "parce que nos visiteurs, en particulier les touristes étrangers, sont nombreux. Ils utilisent les transports en commun, il est normal qu'ils contribuent par cette taxe de séjour".

Un financement uniquement francilien

Le député du Val-de-Marne estime que il faut avant tout "des ressources franciliennes parce que je crois que les contribuables de province ne comprendraient pas qu'on leur demande de faire un effort pour la région parisienne".