Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Pau : la ministre des Transports à la gare pour inaugurer les nouvelles rames de la ligne Toulouse - Bayonne

La ministre des Transports Elisabeth Borne était à Pau ce vendredi midi, elle a visité les futures rames Intercités de la ligne Toulouse - Bayonne. Avec elle, le maire François Bayrou en a profité pour demander à nouveau d’accélérer la mise en accessibilité de la gare de Pau.

Eric Spitz, Préfet des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Paul Brin, le 1er adjoint, François Bayrou le Maire de Pau et Elisabeth Borne, la Ministre des Transports.
Eric Spitz, Préfet des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Paul Brin, le 1er adjoint, François Bayrou le Maire de Pau et Elisabeth Borne, la Ministre des Transports. © Radio France - DG

Pau, France

Dès ce lundi 29 avril, une rame "Coradia Liner" d'Alstom entrera en circulation sur la ligne Intercités Toulouse – Bayonne. D'ici la fin juillet, neuf rames au total viendront remplacer à 100% les anciennes rames en circulation. Plus « modernes et confortables » selon la SNCF, ces rames sont équipées de prises électriques pour les voyageurs, les sièges y sont inclinables et plus larges en 1ère comme en 2nde classe, avec de la place pour les bagages. En revanche il n'y a toujours pas de wifi à bord. Des rames qu'Elisabeth Borne, la Ministre des Transports et François Bayrou, le maire de Pau, ont découvertes ce vendredi midi en gare de Pau.

Priorité à la remise en état des lignes existantes

« C'est important d'offrir aux voyageurs le meilleur confort, ce que l'on fait de mieux aujourd'hui, développe la ministre, et c'est ce qu'on fait avec la mise en place de ces nouvelles rames qui représentent sur cette ligne un investissement d'un peu plus de 100 millions d'euros ». Elisabeth Borne en a également profité pour rappeler que ces investissements sur les rames des Intercités considérés comme « des trains d'aménagement du territoire » allaient de paire avec la modernisation du réseau ferré en lui-même. « Très clairement ces travaux sont essentiels pour retrouver de la régularité et de la fiabilité sur cette ligne, poursuit la ministre. C'est la priorité du gouvernement, parce que pendant des décennies ont a laissé le réseau se dégrader. Ici cela représente 570 millions d'euros de travaux, et SNCF-Réseau a bien compris la nécessité de tenir les calendriers pour achever le plus rapidement possible la rénovation des infrastructures ».

Elisabeth Borne : « SNCF Réseau a bien compris qu'il fallait tenir les calendriers »

Les fauteuils de la 2nde classe dans les futures rames de l'Intercités Toulouse-Bayonne. - Radio France
Les fauteuils de la 2nde classe dans les futures rames de l'Intercités Toulouse-Bayonne. © Radio France - DG

C'est le choix de la remise en état du réseau actuel qu'est aussi venue défendre la ministre des Transports, ainsi, la priorité n'est pas au soutien de la ligne Pau – Canfranc, chère au président de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset. « Moi je suis un partisan du Pau – Canfranc, a de son côté affirmé François Bayrou, je dis que nous verrons la réouverture. Je sais que beaucoup n'y croient pas mais je maintiens ma position, ce qui me fait avoir sur ce sujet la même qu'Alain Rousset, ce n'est pas le cas sur tous les sujets mais là, c'est une position que nous défendons ensemble depuis longtemps ». François Bayrou a par ailleurs plaidé pour un « un RER pendulaire » pour relier Bayonne, Puyoô, Orthez, Pau, Lourdes et Tarbes.

François Bayrou revient à la charge sur l'accessibilité de la gare

Lors de cette visite ministérielle, François Bayrou en a profité pour répéter à Elisabeth Borne son « problème urgent » de la mise en accessibilité de la gare de Pau. Pour le maire, il est « inacceptable » que cet équipement qui attire « 700.000 à 800.000 voyageurs par an » ne puisse pas permettre aux personnes à mobilité réduite d'accéder à tous les quais sans souci. La ministre a assuré que la question était prise au sérieux par la SNCF et serait réglée le plus vite possible. François Bayrou milite pour une mise en accessibilité via le tunnel qui passe sous les voies de la gare, avec notamment la création d'ascenseurs.  Après la visite de la rame, le maire a ailleurs conduit la ministre dans le souterrain, sous les voies, pour lui présenter in situ sa solution.

« C'est une affaire qui dure un peu, reconnait Jean-Luc Gary, directeur de SNCF-Réseau en Nouvelle-Aquitaine. Aujourd'hui on a décidé d'étudier sérieusement deux solutions à la demande du directeur national de SNCF-Réseau qui s'en est entretenu récemment avec le maire de Pau. François Bayrou souhaite donc étudier la solution de mise en accessibilité via le souterrain avec des ascenseurs, il y a une autre solution qui est une passerelle qui serait sous la halle de la gare mais au dessus des voies. Ces deux solutions sont donc à l'étude et on présentera au maire les résultats dans quelques mois. Après les décisions seront prises par les financeurs : la Région, l'État et peut-être d'autres... L'agglo ? La ville de Pau ? Il faut poser la question au maire ». François Bayrou assure que sa solution coûterait « trois fois moins cher que l'autre » et se dit prêt à en apporter la preuve... En attendant donc les conclusions de l'étude en cours.

Jean-Luc Gary, directeur régional de SNCF-Réseau, répond à la demande de mise en accessibilité de la gare de Pau