Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays basque : le projet d'autoroute ferroviaire remis sur les rails

-
Par , France Bleu Pays Basque

C'est l'une des promesses du gouvernement pour relancer le fret ferroviaire en France : la création d'une ligne Bayonne-Cherbourg dédiée au transport de marchandises en train. Un projet qui suscite diverses réactions.

Plateforme autoroute ferroviaire au Boulou
Plateforme autoroute ferroviaire au Boulou © Maxppp - Philippe Cherel - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Bientôt une autoroute ferroviaire entre Bayonne et Cherbourg. C'est l'une des annonces faites par Jean Castex lundi après-midi, lors d'une visite sur une plate-forme multimodale dans le Val de Marne. 

Le Premier ministre souhaite relancer le fret ferroviaire, avec l'objectif de retirer 20.000 poids lourds des routes et autoroutes d'ici 2021, et économiser ainsi 425.000 tonnes de CO2. Un plan qui passe notamment par la gratuité des droits de péage pour les trains de marchandise jusqu'à la fin de l'année, et des prix divisés par deux l'an prochain. La création d'une autre autoroute entre Sète et Calais, et la réouverture du "train des primeurs" entre Perpignan et Rungis sont également envisagées. 

Un projet pas si nouveau

L'idée d'une autoroute ferroviaire reliant le Royaume-Uni et l'Espagne via l'axe Atlantique n'est pas nouvelle. Un projet similaire avait été lancé il y a six ans, sans succès, car pas assez rentable mais aussi parce que des habitants de Tarnos s'étaient opposés à la construction du terminal sur leur commune. Peu après, l'ancien ministre des transports Alain Vidalies l'avait remis sur les rails, en se rapprochant de ses homologues espagnols, envisageant la construction d'une plate-forme multimodale près de Vitoria. Mais là aussi le projet exigeait de lourds investissements et n'est jamais sorti des cartons.

Avec l'ouverture à la concurrence, le fret ferroviaire s'est effondré depuis 2007. - Julien Delion

Aujourd'hui l'autoroute revient donc sur la table suite à ces annonces gouvernementales. Vice-président de la Nouvelle-Aquitaine en charge des transports, Renaud Lagrave s'en félicite, mais il dit "attendre des actes". De son côté, Julien Delion, délégué CGT Cheminots au Pays basque, se réjouit. Voilà des années que son syndicat dénonçait l'abandon du fret ferroviaire : "Avec l'ouverture à la concurrence, le fret ferroviaire s'est effondré depuis 2007." Il ajoute : "Si cette autoroute se faisait, il y aurait deux trains aller-retour par jour, 14 trains par semaine, ça serait plusieurs dizaines de camions transportés et de la pollution en moins. C'est une très bonne nouvelle, mais on souhaite davantage, et par exemple, une "pollutaxe" : que les 9.600 camions qui passent par l'A63 participent à ce défi climatique en payant une part symbolique de 80 centimes ou un euro à chaque passage à Biriatou. Pourquoi pas, également, un train des primeurs sur l'axe atlantique."

Julien Delion, délégué CGT Cheminots au Pays basque

En revanche, Le CADE, association de défense de l'environnement, se montre plus réticent. Certes cette autoroute emprunterait les voies déjà existantes, mais Pantxo Tellier s'inquiète des travaux d'infrastructures nécessaires : "Faire renaître le fret ferroviaire c'est une bonne chose, par contre, on a des doutes sur les autoroutes ferroviaires. Dans une autoroute ferroviaire, on met des camions entiers sur des wagons. Pour que ces wagons puissent passer dans les tunnels au gabarit actuel, il faut retoucher tous les tunnels, donc ça coûte tout de même une petite fortune. Si on revenait au wagon isolé ou à la conteneurisation, alors là oui, ça serait une bonne nouvelle".

Cette nouvelle autoroute ferroviaire Bayonne-Cherbourg doit faire l'objet d'un appel à projet d'ici la fin de l'année, mais déjà en février la compagnie bretonne Brittany Ferries avait affiché son ambition de créer la ligne et d'en être l'opérateur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess