Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Pays Basque : vers la gratuité de l'autoroute A63 ?

mercredi 16 mai 2018 à 11:15 Par Bixente Vrignon, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde et France Bleu Pays Basque

Le syndicat des mobilités est en négociation avec Vinci autoroute. Pour désengorger l'agglomération bayonnaise, il étudie la gratuité de l'A63 depuis Ondres jusqu'à Hendaye, le matin et le soir, et la création de deux nouvelles voies d'accès.

Les bouchons sont quotidiens pour se rendre travailler dans l'agglomération bayonnaise
Les bouchons sont quotidiens pour se rendre travailler dans l'agglomération bayonnaise © Radio France - Jacques Pons

Pays Basque, France

C'est le casse-tête quotidien de tous ceux qui viennent travailler dans l'agglomération bayonnaise : les bouchons sans fin sur la route qui rallongent les trajets. Invité sur France Bleu Pays Basque ce mercredi matin, le président du Syndicat des mobilités Pays Basque Adour parle de... gratuité !

"Mettre en place une tarification attractive - voire la gratuité"

"60% de l'activité se trouve sur la côte", rappelle Claude Olive qui précise : "On travaille avec Vinci Autoroutes. On a la solution technique pour mettre en place une tarification attractive - voire la gratuité - sur certains horaires, le matin et le soir. Tout dépend de là où on mettra le curseur : plus on va vers la gratuité plus ce sera important", mais les automobilistes auront la réponse avant la fin de l'année. 

Le projet prévoie aussi deux nouvelles entrées à St Jean de Luz et à Anglet à Maignon, pour ceux qui viennent de Cambo "l’intérêt est de capter les gens le plus possible à Tarnos, voire jusqu'à Ondres", mais là aussi c'est une question de prix.

Train de St Jean Pied de Port

La CaPB, l'agglomération Pays Basque, négocie aussi pour le train Bayonne-St Jean Pied-de-Port, via son syndicat des mobilités. C'est un peu plus compliqué pour Claude Olive : "là ce sont des négociations tripartites avec la SNCF et la région, mais pour nous ce train ne doit pas être un "train que pour les pèlerins". Il faut faire du transport digne de ce nom", c'est à dira trouver les horaires adapter aux voyageurs, et fixer le prix du billet. Là aussi, la solution sera donnée à la rentrée. 

Par ailleurs le réseau de bus Chronoplus s’étendra sur la deuxième couronne, vers les communes de Mouguerre, Bassussarry, Arcangues et Villefranque. L'idée est d'avoir un billet unique utiliser tous ces transports différents.

Le train de Saint-Jean-Pied-de-Port n'a pas d'horaire adapté aux étudiants et aux travailleurs - Radio France
Le train de Saint-Jean-Pied-de-Port n'a pas d'horaire adapté aux étudiants et aux travailleurs © Radio France - Bixente Vrignon

Polémique sur la taxe transport

Toutes ces annonces ont aussi pour but de répondre aux critiques adressées par une cinquantaine de chefs d'entreprises et maires du pays Basque, contre le prélèvement de la taxe transport. Ils avaient organisé une conférence de presse le 25 avril dernier à Hasparren. Ils accusent Claude Olive et Jean-René Etchegaray de ne pas avoir tenu parole sur le prélèvement de la taxe transport : elle aurait dû être lissée sur 12 ans.

"Il faut prendre ses responsabilités"

Claude Olive est droit dans ses bottes sur ce dossier : "j'applique la feuille de route. Mais quand j'entends Mme le maire d'Urrugne, qui a voté un budget de 29 millions d'euros jusqu’en 2023 pour une Délégation de Service Public (DSP), alors qu'elle n'a pas levé la taxe, et qu'en plus elle a fait deux avenants pour 1,4 millions d'euros, je me dis qu'il faut qu'elle prenne ses responsabilités : pourquoi les communes du sud de la côte basque ne paieraient pas alors que toutes les autres paieront ?". Enfin, la taxe -le versement transport- sera de 0,25% de la masse salariale des entreprises de plus de 11 salariés, à partir du 1er juillet, puis de 0,5% à partir du 1er janvier 2019. Mais le taux sera rediscuté chaque année.

L'ancienne agglomération côte basque sud a créé un réseau sans prélever de taxe. - Radio France
L'ancienne agglomération côte basque sud a créé un réseau sans prélever de taxe. © Radio France - Iban Etxezaharreta