Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Péage d'Avallon : "la sécurisation est notre priorité"

-
Par , France Bleu Auxerre

La sortie de l'autoroute A6 à Avallon reste fermée jusqu'à nouvel ordre. C'est la conséquence d'un accident qui s'est déroulé samedi. Avant de rouvrir le péage, la société d'autoroute APRR va devoir réaliser des travaux de sécurisation.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp -

Avallon, France

Cela fait déjà plusieurs jours que les habitants de l'avallonnais, les touristes de passage et les poids lourds en livraison dans le secteur sont obligés de quitter l'autoroute A6 juste avant ou juste après la sortie 22 d'Avallon. En cause : un incident qui s'est produit samedi et qui a provoqué d'importants dégâts. Un poids lourd qui transportait un convoi exceptionnel a emprunté une voie de péage classique, qui n'était pas adaptée à son gabarit, en particulier à sa largeur. 

Une structure qui menace de s'effondrer

Le camion a heurté un des piliers soutenant l'auvent du péage. "En passant très près, l'engin a accroché les poteaux , les a pliés et a fragilisé la structure. Les dommages sont assez importants, nous avons des fissures au niveau des poteaux métalliques, qui ont été vrillés ", explique Guillaume Hérent, directeur général adjoint de APRR.

La structure menace donc de s'effondrer et des travaux de sécurisation doivent être réalisés avant de pouvoir rouvrir le péage et envisager, par la suite, une réparation. 

Pour l'instant, la société APRR n'a pas donné de délais, car il faut prendre le temps de bien faire les choses selon Guillaume Hérent. "La sécurisation est notre priorité, il fallait éviter que les gens puissent aller sous un ouvrage qui pourrait menacer de tomber. Avant de prendre cette décision, nous avons fait faire une expertise. Et maintenant, nous faisons travailler des bureaux d'études pour trouver la solution idéale afin de pouvoir remettre en circulation dans les meilleurs délais", poursuit le responsable de la société d'autoroute.

Le coût des travaux n'a pas encore été évalué

Le coût des travaux n'a pas encore été évalué précisément. "C'est difficile de l'évaluer maintenant. Quand nous aurons la solution technique finale, on pourra l'évaluer mais cela devrait s'élever à plusieurs dizaine de milliers d'euros car il faudra reprendre toute la structure de l'auvent ce qui représente des travaux assez conséquents", poursuit Guillaume Hérent.

La responsabilité du conducteur du poids lourd, qui avait d'abord pris la fuite avant de s'arrêter sur une aire d'autoroute, va être déterminée par l'enquête de gendarmerie, mais Guillaume Hérent parle d'un "accident de la route" lié à un "problème de compétence" du conducteur. 

Selon lui, les assurances vont jouer leur rôle. "Le chauffeur routier est assuré, c'est un accident de la circulation, il est donc normal de s'adresser aux assurances. Le litige qui nous oppose à ce chauffeur va se solder par un constat d'assurance", explique le représentant de la société d'autoroute.

Plus de 4 000 véhicules par jour

Selon APRR, environ 4 600 véhicules entrent ou sortent par le péage d'Avallon chaque jour. Ces véhicules doivent emprunter les déviations locales qui sont mises en place : au sud par la sortie de Bierre-lès-Semur et au nord par la sortie Nitry

Du côté des entreprises du secteur, on ne déplore pas, pour l'instant, de conséquences fâcheuses. Les poids lourds qui vont et viennent au dépôt du groupe Schiever, par exemple, juste a côté de la sortie 22, font simplement un "petit détour" explique-t-on du côté de la société de grande distribution.