Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Périphérique à Paris : Anne Hidalgo espère limiter la vitesse à 50 km/h "dès 2020"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Anne Hidalgo invitée sur France Inter a indiqué qu'elle espère pouvoir "aller assez vite" et réduire "dès 2020" de 70 à 50 km/h la vitesse autorisée sur le périphérique de la capitale. La maire de Paris a expliqué qu'il est "urgent d'agir" pour limiter la pollution de l'air.

Illustration périphérique parisien
Illustration périphérique parisien © AFP - Manuel Cohen

Paris, France

Pour Anne Hidalgo, invitée du journal de 13 h de France Inter, il est "urgent d'agir" pour limiter la pollution de l'air. Elle espère limiter la vitesse à 50 km/h "dès 2020" après après avoir reçu les conclusions de la mission d'information et d'évaluation sur le périphérique parisien

Pour Anne Hidalgo, des mesures de ce type peuvent "voir le jour rapidement, dès lors qu'elles seront acceptées par l'État".

Je reprends toutes ces préconisations. Elles émanent d'un travail sérieux fait pendant six mois avec des élus de toutes les formations politiques du Conseil de Paris

Les mesures proposées par la mission d'information et d'évaluation seront présentées au Conseil de Paris en juin. "Je proposerai au vote un calendrier et notamment sur les mesures de court terme que l'on puisse engager un travail très vite", a conclu Anne Hidalgo. 

La maire proposera une gouvernance partagée du périphérique entre Paris (qui s'occupe aujourd'hui de l'entretien), l'État (qui régit les règles de sécurité routière) et les communes franciliennes limitrophes.