Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Les transports : un enjeu électoral 2017

PHOTOS - Ces vélos devraient remplacer les Vélib' en 2018

mercredi 29 mars 2017 à 17:32 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

Voici à quoi devrait ressembler la nouvelle génération de Vélib'. A quelques jours de la fin de la procédure d'appel d'offres, les vélos en libre-service conçus par Smoove font la course en tête. La jeune entreprise présente ses produits cette semaine au salon des maires d'Ile-de-France.

 Les modèles de vélos en libre-service présentés sur le stand de Smoove, au salon des maires d'Ile-de-France à Paris.
Les modèles de vélos en libre-service présentés sur le stand de Smoove, au salon des maires d'Ile-de-France à Paris. © Radio France - Nicolas Olivier

Paris, France

La technologie développée par Smoove aurait marqué les esprits au sein de la commission chargée de désigner le futur exploitant des Vélib' pour la période 2018-2033. En attendant la décision définitive prévue le 12 avril, l'entreprise de Montpellier est l'une des attractions du salon des maires d'Ile-de-France, jusqu'à jeudi à la Villette. Elle y présente trois modèles de vélos en libre-service (VLS), dont un à assistance électrique. Rappelons que l'appel d'offres formulé par le syndicat mixte Autolib' Vélib' Métropole prévoit 30% de Vélib' électriques.

A première vue, rien ne distingue le modèle traditionnel (à gauche) du modèle électrique (à droite). - Radio France
A première vue, rien ne distingue le modèle traditionnel (à gauche) du modèle électrique (à droite). © Radio France - Nicolas Olivier

En terme de poids, ces vélos au cadre en aluminium sont très proches du Vélib' actuel, qui pèse 22,5 kg. Ici, on est autour de 21 kg, et même jusqu'à 25 kg pour la version électrique. A l'essai, les modèles de Smoove s'avèrent à la fois maniables et confortables. La selle est très facilement réglable en hauteur : le petit doigt suffit pour actionner le levier. Mais la véritable innovation proposée par Smoove, c'est son système de double verrouillage (par la fourche, et par un neiman qui bloque la direction), piloté par un ordinateur de bord baptisé "Smoove box".

"La Smoove box est le cœur du système"

Damien Vanderheyden, directeur commercial de Smoove.

"La sécurité est maximale, le vélo est quasi involable" explique la directrice du marketing, Hélène Papa. Le boîtier installé sur le guidon permet de passer un badge ou de saisir un code utilisateur afin de déverrouiller le vélo. L'écran peut aussi afficher des informations telles que la vitesse, la distance parcourue, ou encore le tarif de la location. En cas d'arrêt minute en dehors d'une station, un antivol souple situé à l'intérieur de la poignée droite permet d'accrocher l'engin au mobilier urbain. Enfin, détail qui peut avoir son importance : les vélos électriques possèdent tous une prise USB au niveau du panier avant, pour recharger un smartphone.

La plupart des fournisseurs de Smoove sont en France, principalement en vallée du Rhône. Les vélos sont assemblés à La Roche-sur-Yon, en Vendée. De Moscou à Vancouver en passant par Helsinki, Strasbourg et Nice, Smoove a déjà équipé 26 villes et déployé près de 22.000 vélos dont 9.000 VLS, moins de dix ans après sa création. Mis à part dans la capitale finlandaise, où une filiale a été spécialement créée, Smoove ne fait pas encore d'exploitation de parcs de VLS. L'entreprise emploie aujourd'hui 38 salariés. Dans le cadre de l'appel d'offres parisien, elle s'est associée au transporteur espagnol Moventia, au groupe de réparation automobile Movibia et aux parkings Indigo (ex-VINCI Park).