Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Plus de 200 personnes manifestent à La Souterraine pour sauver "la gare de la Creuse"

vendredi 10 mars 2017 à 22:12 - Mis à jour le vendredi 10 mars 2017 à 23:03 Par Valérie Mosnier, France Bleu Creuse

Nouvelle mobilisation ce vendredi après-midi pour défendre la gare de La Souterraine, la seule gare qui relie le département à Paris. D'ici fin 2018, l'aiguillage va être automatisé depuis la Haute-Vienne et plusieurs arrêts vont être supprimés en juillet prochain.

La gare de La Souterraine est la plus importante de La Creuse, avec 160.000 passagers par an
La gare de La Souterraine est la plus importante de La Creuse, avec 160.000 passagers par an © Radio France - Valérie Mosnier

La Souterraine, France

Elus et usagers ont répondu ce vendredi à l'appel de la CGT. Le syndicat organisait une nouvelle manifestation pour défendre la gare de La Souterraine, dont plusieurs arrêts seront supprimés en juillet prochain. Plus de 200 personnes se sont retrouvées devant la gare de l'ouest creusois, la seule qui permet aux habitants d'aller directement à Paris. "On est en train de nous enclaver de plus en plus, on est en Creuse mais on existe, et on voudrait bien pouvoir circuler sur toute la France !" explique Mireille, une sostranienne qui vient de signer la pétition lancée par la CGT. Comme elle, beaucoup d'usagers sont en colère "on était venus en retraite ici, justement à cause de la gare, parce que c'était pratique pour retourner vers Paris... Après le TGV Brive-Lille, on nous supprime tout ce qui a d'intéressant", rajoute Marie-Jeanne qui est aussi là pour défendre le service public en général.

S'ils suppriment la gare, c'est la mort de la Creuse - une usagère

Eux aussi sont des usagers de la gare de La Souterraine. Eux... ce sont les GMetS Industry, le sous-traitant automobile qui emploie 282 personnes, en redressement judiciaire depuis décembre dernier. Plusieurs salariés ont fait le déplacement "il était important qu'on soit présent" résume Yann Augras, de la CGT, lors d'une prise de parole "on se bat à la fois pour le public et le privé. La Creuse c'est notre pays, beaucoup sont nés ici et on crèvera sûrement beaucoup ici, on se battra jusqu'au et surtout on lâchera rien."

A ce jour, la pétition lancée par la CGT a recueilli plus de 4.000 signatures - Radio France
A ce jour, la pétition lancée par la CGT a recueilli plus de 4.000 signatures © Radio France - Valérie Mosnier

La gare de La Souterraine, 160.000 passagers par an, ne va pas disparaître, mais des menaces planent sur son avenir en tant que gare grandes lignes. "On est inquiets" résume Philippe Richert, ancien cheminot et désormais secrétaire de la CGT Retraités. Plusieurs arrêts vont être supprimés en juillet prochain, d'autres vont être rajoutés, mais pour lui le compte n'y est pas : "on nous remet le 6H37, qu'on avait avant mais on nous supprime le 5H37, le 10H37 et le 17H37... On nous donne un train à 14H24, mais les billets ne pourront être vendus que que internet... Je pense que c'est pour fermer les guichets..."

Souvent avec la SNCF c'est un rapport de force - Eric Correia, conseiller régional

Maintenir un guichet, une problématique que connaît bien Bertrand Giraud, le président du Codegass (Comité de Défense de la Gare de Saint-Sébastien) présent ce vendredi : "il y a une unité sur la ligne Polt pour défendre les gares, les dessertes, les guichets car il n'y a que là qu'on peut faire des paiements en espèce, par chèques vacances... ce qui n'est pas possible dans les Maisons de Service au Public." A Saint-sébastien, le guichet est ouvert de 14H à 18H chaque jeudi, après intervention de la Région Nouvelle-Aquitaine, qui est l'autorité organisatrice, suite à la convention TER avec la SNCF.

"On est déjà fermement intervenu" rappelle le conseiller régional socialiste Eric Correia, lui aussi aux côté des manifestants "pour Saint-Sébastien, mais aussi Aubusson et La Souterraine". L'élu qui regrettel'absence de concertation "au sujet des différents arrêts, nous n'avons pas été consultés, donc il y a une demande d'explications en ce sens. Souvent avec la SNCF c'est un rapport de force."

Les trois parlementaires de la Creuse ont également écrit une lettre à Guillaume Pépy, le PDG de la SNCF "Y’a-t-il une volonté délibérée de la part de la SNCF de compromettre définitivement le développement de la Creuse en réduisant l’offre ferroviaire ?" peut-on lire dans ce courrier.

Les arrêts, le guichet mais aussi l'automatisation de la gare

C'est l'autre sujet de mécontentement de la CGT, le projet de télécommande la gare de La Souterraine depuis Saint-Sulpice-Laurière, en Haute-Vienne, "ça veut dire plus un seul aiguillage manœuvré par les agents de circulation de La Souterraine, donc six postes supprimés" résume Philippe Richert. Les travaux de cette automatisation ont commencé selon le syndicaliste : "deux voies ont été démontées et le système pour recevoir la télécommande vient d'être installé cette semaine."

Selon la CGT Cheminots, l'automatisation va notamment condamner le poste de chef de service, emploi stratégique pour la sécurité des usagers et par conséquent la possibilité d’aide à la descente des personnes, et particulièrement le service PSH (personne à situation de handicap).

Dans les rangs de la manifestation, ce vendredi des Haut-Viennois "du nord" venus de Bellac et de Saint-Sulpice-Laurière. Aimé Lamardelle est le président de l'Association de Défense des Services Publics et des Usagers de Saint-Sulpice-Laurière : "l'automatisation ne se fait pas en faveur de St Sulpice, mais en défaveur de La Souterraine et ça ne fera qu'un poste supplémentaire, donc je ne vois par l'intérêt. Et si ça se fait à St Sulpice, dans dix ans ça se fera peut-être de Limoges et on n'existera plus. Toute la Creuse, le nord de la Haute-Vienne, le sud de l'Indre, nous devons faire entendre notre voix."

Des revendications que la CGT Cheminots de la Creuse a compilé dans une pétition, version papier et sur internet. A ce jour, il y a plus de 4.000 signatures.