Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports
Dossier : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

Les points noirs France Bleu de la mobilité : l'A41 entre Annecy et Genève, en Haute-Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

C'est la voie de circulation principale des travailleurs frontaliers qui vivent en France, travaillent en Suisse. Chaque jour, 30 000 véhicules empruntent l'autoroute A41 entre Annecy et Genève.

Scène de la vie quotidienne des frontaliers à la douane de Bardonnex aux portes de Genève
Scène de la vie quotidienne des frontaliers à la douane de Bardonnex aux portes de Genève © Maxppp - Norbert Falco

Annecy, France

Point noir des transports et des déplacements quotidiens en Haute-Savoie, et enjeu majeur du développement durable, l'autoroute A41 entre Annecy et Genève, est empruntée chaque jour par 30 000 véhicules, avec les inévitables bouchons qu'affrontent matin et soir les milliers de frontaliers qui travaillent en Suisse. 

Découvrez la carte France Bleu des points noirs de la mobilité partout dans le pays

Trente mille véhicules franchissent chaque jour la barrière de péage de Saint-Martin Bellevue sur l'A41 nord - Radio France
Trente mille véhicules franchissent chaque jour la barrière de péage de Saint-Martin Bellevue sur l'A41 nord © Radio France - Marie AMELINE

Sur ce tronçon de l'A41-Nord, le trafic est en constante augmentation. Pour y répondre, un chantier d'élargissement est en cours, avec la construction d'une troisième voie de circulation sur six kilomètres, dans les deux sens, entre Annecy Sud et Saint-Martin-Bellevue. 

Entre Annecy et Genève, pas de train direct

Pour l'instant, pour ces travailleurs frontaliers, les alternatives à la voiture sont réduites, et pas adaptées aux besoins. Il n'existe pas, par exemple, de train direct entre Annecy et Genève. 

Le CEVA saura-t-il constituer une alternative à la voiture ?

A la fin de l'année, le CEVA, le train trans-régional, franco-suisse qui reliera Genève à Annemasse, Annecy, et Saint-Gervais, est censé remédier au manque d'offre ferroviaire sur cet itinéraire Annecy-Genève. "Oui, le CEVA m'intéresse à priori, mais tout va dépendre du cadencement des trains, du temps de trajet, et des tarifs" estime Renaud, un frontalier de La Roche-sur-Foron, qui actuellement effectue ses déplacements en voiture. 

Autour de ce futur CEVA, beaucoup d'interrogations persistent aujourd'hui, notamment sur son attractivité pour les frontaliers de "l'intérieur" qui vivent autour d'Annecy, et dans la vallée de l'Arve. Car en l'état actuel du réseau ferroviaire français, le temps annoncé d'un trajet entre Annecy et Genève sera d'une heure et demie. Trop long, regrettent les associations écologistes qui redoutent que les frontaliers continuent à préférer la voiture.

Pas assez de places de stationnement sur les parking-relais

Sur les 30 000 véhicules/jour qui parcourent cet axe Annecy-Genève, 23 000 sont des travailleurs frontaliers qui possèdent un abonnement pour leur déplacement pendulaire. La grande majorité circule encore seul dans leur véhicule, mais le co-voiturage, motivé par un souci économique plus qu'environnemental se développe, mais il est freiné par le manque de parking-relais et de places de stationnement sur ceux existants.

Au niveau de l'échangeur autoroutier de Saint-Martin Bellevue, le parking-relais est pris d'assaut, et saturé tous les matins - Radio France
Au niveau de l'échangeur autoroutier de Saint-Martin Bellevue, le parking-relais est pris d'assaut, et saturé tous les matins © Radio France - Marie AMELINE

"Il faut arriver vers 6h30 si l'on veut avoir une place, car à 7 heures c'est déjà trop tard" constate Hélène, une frontalière de Rumilly qui chaque jour co-voiture avec deux collègues de l'hôpital cantonal de Genève, et se gare sur le parking-relais de Saint-Martin-Bellevue, au niveau de l'échangeur, et de la barrière de péage de l'A41-Nord. 

2 000 personnes prennent le bus chaque jour pour aller à Genève

Deux mille frontaliers combinent voiture et bus chaque jour pour aller à Genève  - Radio France
Deux mille frontaliers combinent voiture et bus chaque jour pour aller à Genève © Radio France - Marie AMELINE

Quatre lignes Transalis assurent les liaisons départementales vers Genève depuis Chamonix, Thonon-les-Bains, et Annecy. 2000 usagers quotidiens, cela paraît beaucoup, mais au regard des 93 000 frontaliers qui habitent en Haute-Savoie, cela ne représente qu'un peu plus de deux pour cent de cette population.

Deux points noirs de la mobilité en Pays de Savoie - Radio France
Deux points noirs de la mobilité en Pays de Savoie © Radio France - Denis Souilla
Choix de la station

France Bleu