Infos

Polémique sur la fréquentation de la ligne Oloron-Bedous

Par Louis Belenfant, France Bleu Béarn jeudi 20 octobre 2016 à 9:16

Georges Manaut, le co-président du Croc, dénonce un gaspillage d'argent public
Georges Manaut, le co-président du Croc, dénonce un gaspillage d'argent public © Radio France - Louis Belenfant

Le débat sur la ligne Oloron-Bedous est relancé, cette fois-ci à cause de la fréquentation. Les opposants du Croc ont réalisé leur propre comptage et ils arrivent à des chiffres trois à quatre fois plus faibles que ceux des partisans du projet.

Opposants et partisans de la liaison Oloron-Bedous ont trouvé un nouveau sujet de désaccord : les chiffres de la fréquentation. D'après le Comité pour la réouverture de la ligne Oloron-Canfranc, le Creloc, ce sont 200 à 250 personnes qui empruntent chaque jour la ligne.

64 passagers chaque jour

Ces chiffres sont totalement remis en question par l'association Croc, contre la réouverture de la ligne. Elle a réalisé son propre comptage. Sept bénévoles ont pris tous les trains pendant une semaine. Ils arrivent à une fréquentation beaucoup plus faible. Selon l'association, l'affluence se limite à une soixantaine de personnes chaque jour, et à une moyenne de six voyageurs par train.

►►► ALLER PLUS LOIN | Beaucoup de monde pour la réouverture de la ligne Oloron-Bedous

Et encore, ces opposants ont observé que l'essentiel des passagers prennent le train sur une toute petite portion. Il s'agit des employés de Safran qui s'arrêtent à Bidos, soit un trajet d'à peine 2,5 kilomètres depuis la gare d'Oloron.

Pas de chiffres de la région et de la SNCF

Pas de quoi donc pour les membres de l'association prolonger la ligne jusqu'à Canfranc en Espagne. Ce projet est disent-ils une absurdité financière pour un train qui n'a pas montré son utilité.

"Cette ligne est un fiasco complet", Georges Manaut, co-président du Croc

La région, elle, n'est pas de cet avis. Elle défend une ligne qui a un intérêt à la fois économique, touristique et patrimonial. Mais elle refuse de donner les chiffres de la fréquentation ou de commenter ceux du Croc, une association qui est dit-elle "dans l'opposition de principe". Elle renvoie vers la SNCF, qui elle aussi botte en touche et renvoie vers la région.

Partager sur :