Transports

Pollution : des amendes pour ceux qui ne respectent pas les restrictions de circulation en Isère

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère jeudi 26 janvier 2017 à 15:52

Les gendarmes contrôlaient les véhicules aux différents péages d'entrée dans l'agglomération grenobloise.
Les gendarmes contrôlaient les véhicules aux différents péages d'entrée dans l'agglomération grenobloise. © Radio France - Alexandre Berthaud

Ce jeudi marquait le septième jour du pic de pollution à particules fines dans le bassin d'air grenoblois. Les gendarmes étaient mobilisés aux portes de l'agglomération pour contrôler les cartes grises des voitures. Le pic et les contrôles continuent vendredi.

Les gendarmes de l'Escadron Départemental de Sécurité Routière se sont postés à la sortie du péage de Voreppe (Isère), à une quinzaine de kilomètres au nord de Grenoble. À partir de ce point, non seulement la vitesse est limitée à 70 km/h au lieu de 110 km/h, mais seuls certains véhicules ont le droit de circuler. Il s'agit des véhicules diesels immatriculés après le 1er janvier 2006, et des véhicules essences immatriculés après le 1er janvier 1997. S'ajoutent aussi les poids lourds immatriculés après le 1er octobre 2009, et les deux roues après le 1er juillet 2004.

Contrôle des certificats d'immatriculation

Mais les gendarmes se concentraient surtout sur les automobiles, et dans l'ensemble, n'ont relevé que peu d'infraction à Voreppe : seulement cinq en 1h30 le matin. "Ils doivent payer une amende de 22 euros (s'il paient tout de suite, sinon c'est 35 euros), et soit s'arrêter à un parking-relais, soit quitter l'autoroute à la prochaine sortie et faire demi-tour", explique Michel Maret, le capitaine de l'EDSR.

"Papiers du véhicule s'il vous plaît !" - Radio France
"Papiers du véhicule s'il vous plaît !" © Radio France - Alexandre Berthaud

Comment savoir qui contrôler ou non ? Là, c'est un peu à la tête du client, ou plutôt à l'allure de la voiture. "On repère les voitures les plus anciennes, on les contrôle, et on vérifie le certificat de première immatriculation, c'est ce qui fait foi", décrit Michel Maret, tout en avouant que "il est difficile de faire la différence entre un diesel de 2005 (passible de contravention) et un de 2008 (dans les règles)".

Des automobilistes contrariés

Toutes les voitures contrôlées ne repartent donc pas avec une amende, même si elles n'ont pas la fameuse vignette Crit'Air. C'est le cas de Jean-Christophe, qui a "écouté les infos" et donc "changé de véhicules pour être dans les règles". Il pourra poursuivre sa route avec son monospace de 2002 motorisé à l'essence. À l'inverse, ceux qui se font arrêter grimacent. "Je ne le savais pas, je suis sur la route des vacances", regrette Eric, en toute innocence. Pour aller à Gap, il devra faire demi-tour, et passer par Valence, et Luz-la-Croix-Haute. Un sacré détour, assorti d'une amende : "c'est toujours les petits ouvriers qui paient, alors que les camions polluent aussi", lâche-t-il, amer.

Les mesures se poursuivent vendredi

Le pic de pollution est maintenu pour la journée de vendredi. - Radio France
Le pic de pollution est maintenu pour la journée de vendredi. © Radio France - Alexandre Berthaud

D'autres préfèrent se garer aux parking-relais, et prendre les transports en commun, gratuits à partir du 7e jour du pic de pollution. Les péages de Crolles et de Vif, entrées de l'agglomération grenobloise, sont également contrôlés, ainsi que certains points à l'intérieur de l'agglo, gérés par la police nationale, ou les compagnies de gendarmerie. Ces contrôles, et les restrictions, sont maintenues pour la journée de vendredi, car le taux de particules fines reste au-dessus de 50 microgrammes par mètre cube d'air.

À noter que le Nord-Isère reste lui en alerte de niveau 1, alerte levée pour la Zone Alpine (les massifs). Il est important de préciser que le bassin d'air Grenoblois est soumis à des règles plus strictes que le reste du pays, où on considère un "pic de pollution" lorsque le taux de particules fines est supérieur à 80 microgrammes par mètre cube ; à Grenoble, la limite est à 50 microgrammes.