Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Pollution en Seine-Maritime : les écologistes demandent la circulation différenciée et les transports gratuits

mardi 26 février 2019 à 17:01 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le seuil d'alerte de nouveau déclenché ce mercredi en Seine-Maritime en raison d'une pollution de l'air par les particules fines. Les écologistes demandent à la préfecture de mettre en place la circulation différenciée, comme en Ile-de-France et dans le Nord.

La vitesse sera abaissée de 20 km/h à partir de mercredi matin
La vitesse sera abaissée de 20 km/h à partir de mercredi matin © Maxppp - Photo PQR

Rouen, France

Pour la deuxième fois en une semaine, la préfecture de Seine-Maritime déclenche la procédure d'alerte ce mercredi pour la pollution de l'air aux particules fines. Selon les prévisions d'Atmo Normandie, l'indice de la qualité de l'air sera de 8 sur une échelle de 10, soit un air considéré comme mauvais. Cet indice sera de 7 au Havre et de 6 à Evreux. 

20 km/h en moins sur les grands axes du département

Ce déclenchement du seuil d'alerte s'accompagne de plusieurs mesures : abaissement obligatoire de la vitesse de 20 km/h sur le réseau autoroutier à 2x2 voies : 130→110 km/h (autoroutes), 110→90 km/h (voies rapides). "Les contrôles de vitesse peuvent être réalisés sur les axes concernés", promet la préfecture.

Autres mesures : l'interdiction du brûlage à l'air libre des déchets verts et des produits agricoles, le renforcement des systèmes de dépollution dans les industries ou encore l'interdiction des groupes électrogènes.

En revanche pas de mise en place de la circulation différenciée (seuls les véhicules avec des vignettes Crit'Air 1 à 3 pourront circuler), à la différence de ce que les préfectures du Nord et de l'Ile-de-France ont décidé, alors que ces secteurs sont eux aussi au seuil d'alerte.

Les écologistes veulent la circulation différenciée comme dans le Nord et l'Ile-de-France

"C'est vraiment dommage, regrette l'élu écologiste rouennais Jean-Michel Beregovoy. Il faut évidemment mettre en place la circulation différenciée et l'accompagner de la gratuité des transports en commun et le développement des parkings relais car il ne faut pas que l'écologie soit punitive. 58 % des trajets domicile/travail de moins de 1 kilomètre sont faits en voiture, il faut absolument sortir de toute ça. C'est un problème de santé publique, dans l'agglomération de Rouen, la pollution de l'air provoque près de 130 décès anticipés chaque année"

Et pour Jean-Michel Beregovoy, les élus locaux ainsi que les autorités devraient faire preuve de davantage de courage écologique. "Les élus locaux doivent regarder vers l'avenir, vers la santé des générations futures et non pas vers le passé et cette économie qui pollue"

Un autre élu écologiste, Cyrille Moreau est plus nuancé sur la question des mesures d'urgence en cas de pics de pollution "La pollution qui tue ne vient pas des pics, même s'ils rendent impossibles le quotidien des personnes sensibles. La pollution qui tue c'est le bruit de fond, la pollution qu'on subit toute au long de l'année, provoquée par le trafic automobile mais surtout par l'épandage agricole et enfin par ce que nous respirons dans nos habitats", estime le président du groupe écologiste à la Métropole Rouen Normandie.