Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pont-sur-Yonne : pourquoi les bateliers déposent un référé contre les travaux du pont

-
Par , France Bleu Auxerre

Un référé est en cours de dépôt devant le tribunal administratif de Dijon par Entreprises Fluviales de France pour faire cesser les travaux du pont de Pont-sur-Yonne. Les bateliers veulent faire stopper les travaux pour donner une nouvelle chance aux discussions avec le conseil départemental.

Le pont de Pont-sur-Yonne a été construit entre 1938 et 1942 .
Le pont de Pont-sur-Yonne a été construit entre 1938 et 1942 . © Radio France - Renaud Candelier

Cette semaine, les bateliers ont de nouveau manifesté leur colère contre le nouveau pont de Pont-sur-Yonne. Ce mardi soir ils ont positionné leurs bateaux à proximité de l'ouvrage d'art. Ils ont également entrepris de déposer un référé devant le tribunal administratif de Dijon. Leur objectif ? Gagner du temps, alors que cette semaine est prévu le déhissage du deuxième tablier du pont, c'est à dire l'abaissement de sa charpente.

Des discussions à l'arrêt ? 

C'est d'ailleurs cette étape des travaux qui a mis le feu aux poudres alors qu'une réunion était prévue le 3 mai prochain entre les bateliers et Patrick Gendraud le président du conseil départemental. "On apprend que le second tablier allait être posé dans la semaine. Donc forcément, le 3 mai, la réunion de concertation n'avait plus aucun intérêt puisque si le deuxième tablier est reposé  à la même hauteur. Non seulement on augmente le budget pour les relever, mais cela inscrit dans le marbre la disposition du pont aujourd'hui et ça nous gréve de cet axe pour les 30 ou 40 prochaines années", explique Pascal Rottiers, batelier et membre des Entreprises Fluviales de France. 

Les bateliers ont donc manifesté mardi soir, en plaçant cinq péniches tout près du pont. Un geste symbolique à la fois pour montrer que celui-ci est trop bas mais aussi pour empêcher la pose de la nouvelle charpente. Ce mercredi, le préfet de l'Yonne a pris la décision de bloquer la circulation sur l'ouvrage jusqu'à 6 heures ce jeudi matin pour permettre à l'entreprise de rattraper le retard pris dans les travaux. Le conseil départemental dénonce lui des "blocages illégitimes" et rappelle que le nouveau pont respecte les normes. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La hauteur du nouveau pont est en effet de 5,10 mètres, quand Voies Navigables de France (VNF) indique que la hauteur minimale doit être 4,70 mètres. Reste qu'il est plus bas que l'ancien, d'environ 30 centimètres, ce qui pénalise les bateliers au quotidien, d'abord parce que la manœuvre s'avère beaucoup plus délicate, mais aussi parce qu'elle implique d'utiliser du ballast. Ils ont une solution à proposer : "c'est de poser directement le second tablier qui n'est pas encore posé à la bonne hauteur, à 50 ou 60 cm plus haut, de ce fait, de pouvoir rendre à la circulation ce deuxième tablier et remonter ensuite le premier qui a été posé trop bas, à cette nouvelle hauteur", détaille Pascal Rottiers. 

Avec le référé déposé devant le tribunal administratif de Dijon les bateliers espèrent donc stopper les travaux et gagner du temps pour discuter avec le conseil départemental et défendre leur solution avant que le deuxième tablier ne soit, lui aussi, posé trop bas.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Car il est possible de rehausser le pont de 50 cm a indiqué Voies Navigables de France au début du mois. VNF propose même subventionner l'opération à hauteur d'un million d'euros. Une solution qui fait bondir Grégory Dorte, maire de Pont-Sur-Yonne et conseiller départemental : "Mais comment vous pouvez tenir un discours pareil ? Un million d'euros c'est des fonds publics ! Comment voulez-vous expliquer aux habitants qu'il y a un million d'euros qui va être mis sur la table, ce sont les habitants de tout le territoire qui vont mettre un million d'euros sur la table pour 20 ou 30 cm ? Soyons raisonnable !" C'est aussi une question de temps, le chantier pénalise les habitants, les commerçants depuis plus d'un an désormais : "Il y a un sentiment de ras-le-bol , il faut dire ce qui est, à la fois des habitants, à la fois de toutes les personnes qui fréquentent ce pont. Il y a 30 000 habitants sur le territoire. Là on est pratiquement au bout de l'opération" estime Grégory Dorte qui se dit intransigeant. Selon le calendrier initial, ce nouveau pont doit normalement être livré à la fin du mois de juin.

Pour afficher ce contenu Google Maps, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess