Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Pourquoi des trains sont supprimés les jours où il n'y a pas grève en Normandie ?

samedi 7 avril 2018 à 18:20 Par Victoria Koussa, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Seulement un train sur trois circule dimanche sur les axes Paris -Granville et Paris-Rouen-Le Havre. C'est le second épisode de grève perlée chez la SNCF. Grève qui a des conséquences sur les jours de trêve en gare Saint-Lazare.

La SNCF prévoit un train sur quatre ce dimanche en Normandie
La SNCF prévoit un train sur quatre ce dimanche en Normandie © Radio France - Eric Turpin

Rouen, France

"Trafic perturbé, raison : grève nationale". Telle ne fut pas la surprise des voyageurs voulant rejoindre la Normandie samedi, jour de trêve supposée, devant le tableau d'affichage en gare Saint-Lazare. "En partant de la maison, je me suis dit "c'est chouette, il n'y a pas grève aujourd'hui", raconte Charlotte, désespérée à l'arrivée devant le retard de l'un des seuls trains de la matinée : une heure et demi d'attente. 

Les raisons de ces perturbations intempestives 

D'après la SNCF, il a fallu s'adapter face à la grève -notamment avant le second tour, ce dimanche. La compagnie aurait supprimé des trains depuis mercredi dernier pour pallier la conséquence principale de la grève perlée du début de semaine : l'embouteillage des trains à l'entrée et à la sortie des ateliers de maintenance, comme aux Batignolles pour la gare Saint-Lazare. 

En moyenne chaque jour, dix pour-cents des rames sont contrôlés en temps normal. En temps de grève, des trains qui ont été inactifs pendant plus de 24 heures s'y ajoutent car ils doivent passer obligatoirement en révision. 

D'après nos confrères des Echos, ces opérations de maintenance ne se feraient pas et le retard accumulé pourrait très vite se faire sentir sur le matériel roulant disponible. 

La compagnie désorganisée ?

D'après un membre de la CGT-Normandie, la SNCF "bricole" et tenterait de mettre sur le dos des grévistes sa propre désorganisation pour continuer de rendre leur mobilisation impopulaire.