Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Pourquoi le tramway dijonnais a-t-il eu tant de mal à circuler ce vendredi ?

vendredi 2 mars 2018 à 19:03 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Pour la deuxième journée consécutive, les transports en commun ont été fortement perturbés dans l'agglomération dijonnaise, en raison des conditions météo. Après la neige jeudi, c’est la pluie verglaçante qui a sévi, ce vendredi 2 mars, avec un impact direct sur les deux lignes de tramway.

A la gare de Dijon, le tram de la ligne T1 est resté longtemps à l'arrêt.
A la gare de Dijon, le tram de la ligne T1 est resté longtemps à l'arrêt. © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Contrairement à la journée de jeudi, les bus ont pu rouler le matin, et heureusement, car il a fallu remplacer par des bus de substitution les lignes de tram défaillantes. Les tramways s’étaient-ils mis à patiner ? Pas du tout. Pour trouver l’origine de la panne, il fallait lever les yeux.

Sur les caténaires, la glace empêche une bonne transmission du courant

L’explication nous a été fournie par Laurent Verschelde, directeur général de Keolis Dijon Mobilités : « La pluie verglaçante a enrobé les caténaires d’une couche de glace. C’est un phénomène d’isolation des câbles qui se produit., et qui ne permet plus de capter suffisamment d’énergie pour faire avancer le tramway. Et si la machine insiste pour capter cette énergie, elle peut générer des arcs électriques qui risquent de faire fondre la ligne. » C’est précisément ce qui s’est passé au niveau de la piscine olympique de Dijon. Une rupture de ligne c’est un scénario noir pour l’opérateur. En décembre 2017, il avait fallu trois jours pour effectuer une telle réparation.

Attendre que la glace fonde

Il existe pourtant un matériel adapté pour lutter contre le phénomène de givre. Des trams sont équipés d’un dispositif qui racle le givre sur les câbles. Mais si la couche de glace est trop épaisse, l’opération risque d’endommager la ligne électrique. Dans cette situation, le plus sage est d’attendre que la température se réchauffe et fasse fondre la glace. Le problème étant que ce vendredi, le thermomètre a été lent à remonter.

La circulation sur la ligne T2 a été rétablie aux alentours de midi. C'était beaucoup plus compliqué sur la T1, où le trafic n'est revenu qu'à 14h30 de manière partielle entre les arrêts Université et Gare. Le retour à la normale était espéré en soirée.