Transports

Près de 300 motards en colère défilent à Montpellier

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault et France Bleu dimanche 22 octobre 2017 à 6:05

Les motards de l'Hérault ont manifesté ce samedi 21 octobre contre la "motophobie".
Les motards de l'Hérault ont manifesté ce samedi 21 octobre contre la "motophobie". © Radio France - Marion Bargiacchi

300 motards héraultais ont défilé dans les rues de Montpellier ce samedi 21 octobre. Ils protestent contre une politique "motophobe" et un "racket". Ils revendiquent des aménagements et une autre politique envers les deux roues.

Des milliers de motards ont manifesté dans toute la France ce samedi 21 octobre. À Montpellier, ils étaient 300 à dénoncer une politique "motophobe". Dans leur ligne de mire : les nouvelles plaques d'immatriculation, le port obligatoire des gants...

Mais aussi les zones de circulations restreintes (ZCR) : Montpellier veut l'appliquer d'ici à 2020, c'est à dire interdire aux motos d'avant l'an 2000 de circuler en ville.

Des problèmes d'infrastructures

Outre ces revendications "il existe des spécificités dans l'Hérault" explique Jean-Michel Sénéchal. "Vous avez entendu parler du Peyrou et ses pavés qui glissent. Ce genre de zones se multiplient et ce n'est pas normal pour la sécurité des deux roues. Il y a aussi des communes comme Baillargues où les dos d'ânes sont hors normes et dangereux."

Une piste de vitesse ?

La Fédération nationale des Motards en colère dans l'Hérault aimerait qu'une piste pédagogique ouvre dans le département. Pour les futurs motards qui passent le permis mais aussi pour les fan de vitesse : "On ne va pas se mentir, il y a une partie des motards qui aime la vitesse."

"Quand vous aimez le football, vous allez au stade, quand vous aimez nager, vous allez à la piscine. Il faudrait une piste pour les motards qui aiment la vitesse."

"Elle pourrait aussi servir à ceux qui prépare le permis moto. Je rencontre trop de jeunes qui me disent avoir le permis, la moto mais qui ont peur de monter sur leur engin à cause d'un manque de pratique."

Jean-Michel Sénéchal veut plus d'indulgence sur la réglementation des gants de moto.