Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Près de 600 millions d’euros de travaux sur les voies ferrées de Bourgogne-Franche-Comté

jeudi 13 septembre 2018 à 19:09 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Rénover et moderniser le réseau ferroviaire tout en essayant de réduire son déficit. C'est le défi auquel se trouve confronté SNCF Réseau, le gestionnaire des voies ferrées. Son président, Patrick Jeantet, était à Dijon ce 13 septembre pour évoquer les enjeux de la réforme ferroviaire.

Photo d'illustration. Voies ferrées en gare de Dijon
Photo d'illustration. Voies ferrées en gare de Dijon © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Chaque jour, SNCF Réseau investit 10 millions d'euros dans la rénovation et la modernisation des infrastructures ferroviaires en France. Avec la réforme ferroviaire, le gestionnaire du réseau ferré va voir sa dette en bonne partie reprise par l’État, soit 35 des 47 milliards cumulés. « Pour nous, c’est 1 milliard d’euros de frais financiers en moins, soit pas loin de la moitié de notre déficit annuel », commente Patrick Jeantet, le président de SNCF Réseau. 

Un réseau" haute performance" pour l'avenir

Pour lui, la réforme ferroviaire est un outil formidable pour construire l’avenir du système ferroviaire français. L’objectif pour SNCF Réseau étant de construire un réseau haute performance. On en voit déjà un exemple à Dijon où a été réalisée la première tour de contrôle ferroviaire. Un équipement qui télécommande l’ensemble des postes d’aiguillage d’une région. Sa capacité va d’ailleurs être accrue dans les prochaines semaines avec la connexion de toute la région de Mâcon. 

SNCF Réseau va devoir augmenter sa productivité, pour parvenir à l’équilibre financier, mais aussi « pour baisser le coût du ferroviaire, pour le rendre plus compétitif et lui permettre de gagner des parts de marché sur les autres modes de transport ». Patrick Jeantet rappelle que le ferroviaire électrique est le mode de transport le plus propre, la meilleure arme dit-il pour lutter contre le gaz à effet de serre, le dérèglement climatique.

« On a obtenu du gouvernement l’autorisation d’investir plus. On a obtenu 200 millions d’euros en plus à l’horizon 2022. Sur cinq ans, c’est un milliard d’euros, ça permet par exemple de refaire une des deux voies entre Paris et Montpellier. Ou ça permet de couvrir à peu près le tiers du territoire national avec des tours de contrôle ferroviaire, telle que celle qu’on a à Dijon ».

La circulation des trains interrompue pendant quatre week-ends entre Plombières-lès-Dijon et Mâlain

En Bourgogne-Franche-Comté, les dépenses sur le réseau atteindront cette année 200 millions d'euros, financés à 85% par SNCF Réseau, le reste en bonne partie par la Région. Une douzaine de grands projets sont en cours pour un montant de près de 600 millions d'euros. Depuis le 3 septembre, des travaux sont menés de nuit pour renouveler près de 2 km de voies et changer des aiguillages entre Plombières-lès-Dijon et Mâlain sur la ligne Paris-Lyon-Marseille. A partir du 22 septembre, et jusqu'au 14 octobre, la circulation des trains sera interrompue pendant 4 week-ends. Des substitutions routières seront mises en place entre Dijon et Laroche-Migennes pour desservir l’ensemble des gares de cet axe ferroviaire.