Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Projet de gare TGV : l'agglomération de Montélimar va-t-elle devenir maître d'ouvrage et payer 50 millions d'euros ?

mardi 12 juin 2018 à 3:29 Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme Ardèche

Franck Reynier souhaite que Montélimar-Agglomération soit maître d'ouvrage de la gare TGV envisagée à Allan depuis plus de vingt ans. Le président de l'agglomération craint un désengagement de l'Etat sur le projet et souhaite qu'elle le remplace, si besoin à hauteur de 50 millions d'euros.

Conseil communautaire, ce lundi soir, au palais des congrès de Montélimar.
Conseil communautaire, ce lundi soir, au palais des congrès de Montélimar. © Radio France - Mélanie Tournadre

Le président de Montélimar-Agglomération et maire de Montélimar (Drôme) l'avait déjà dit, ce vendredi, à des chefs d'entreprise montiliens et il l'a répété ce lundi soir devant les élus du conseil communautaire au palais des congrès : "il ne faut pas attendre des autres, de l'État, qu'ils agissent pour nous" insiste Franck Reynier.

"Il faut prendre son destin en main"

"Si l'État se désengage et ne paye pas 50 % du projet, Montélimar-Agglomération peut le faire". "On attend depuis trop longtemps le financement de l'État, je souhaite que l'agglomération soit maître d'ouvrage sur cinquante ans" explique Franck Reynier qui propose donc que Montélimar-Agglomération finance à hauteur de 50 millions d'euros, à la place de l'État, ce projet de gare TGV à Allan, au sud de Montélimar. 

"Avec la réforme ferroviaire, la reprise de la dette de la SNCF par l'État et la modernisation notamment des réseaux TER, on peut être inquiet et penser que l'État ne va pas financer  ce projet à Allan" précise Franck Reynier. Il craint que l'étude menée par SNCF Réseau, qui doit être rendue en septembre prochain, soit défavorable et prend donc les devants. 

Reportage au conseil communautaire ce lundi soir à Montélimar.

"Une aberration" pour des élus d'opposition

Plusieurs élus d'opposition ont fait connaitre leur désaccord avec cette proposition. "C'est une aberration, une manière de faire passer le projet en force" insiste Annie Mazet, conseillère communautaire d'opposition. 

"C'est une proposition complètement surréaliste"

"Le président de l'agglomération a besoin de revenir à plus de lucidité" d'après Serge Chastan, également conseiller communautaire d'opposition. "Les gens ont besoin de trains du quotidien efficaces, qui font domicile-travail et l'État le sait, les gares TGV comme ce projet c'est dans un monde ancien".

Franck Reynier en a assez d'attendre des financements de l'Etat.

Pas de vote sur le sujet ce lundi soir en conseil communautaire, seulement une discussion entre le président de Montélimar-Agglomération et les élus d'opposition. Franck Reynier compte inclure ce dossier dans le futur projet de territoire qui sera élaboré à partir de septembre par le bureau des maires.