Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports

Propreté dans les transports : le coup de gueule de Valérie Pécresse

jeudi 14 mars 2019 à 18:50 Par Thomas Séchier, France Bleu Paris

La présidente de la région Île-de-France dénonce les incivilités "inadmissibles" des usagers dans les métros et trains franciliens. Le nettoyage des rames coûte 85 millions d'euros chaque année.

La présidente de la région Île-de-France
La présidente de la région Île-de-France © Maxppp - Aurelien Morissard

Paris, France

Des paquets de chips qu'on laisse traîner par terre, des pieds qu'on pose sur les sièges, sans parler des éternels tags... Les incivilités du quotidien dans les trains franciliens coûtent cher, très cher : 85 millions d'euros chaque année, d'après Alain Krakovitch, le directeur du réseau Transilien.

Avec Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, ils sont allés saluer les 280 agents du Technicentre Les Ardoines, à Vitry-sur-Seine, mobilisés pour le nettoyage des rames. 

11 millions de mégots ramassés par an

Alain Krakovitch dénonce "un manque de civisme" chez certains usagers, en témoignent les 11 millions de mégots ramassés sur les voies, dans les trains et les gares SNCF en Île-de-France. Au total, plus de 3 500 agents (SNCF et prestataires) travaillent à nettoyer les rames dans la région, pour un coût de 85 millions d'euros chaque année. Soit l'équivalent... de six nouvelles rames !

Valérie Pécresse favorable à un service civique de prévention

Pour Valérie Pécresse, "il ne serait pas choquant qu'on demande à des jeunes en service civique aller à la rencontre des usagers pour leur expliquer les bons comportements à adopter et surtout, les mauvais à éviter".

Et de rappeler qu'un usager coupable de dégradations est puni d'une amende de 60€. Elle s'adresse à ceux qui abîment volontairement le matériel comme à ceux qui mettent les pieds sur le siège...