Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : la SNCF menace de suspendre la ligne de fret Volvic - Le Mont Dore

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La nouvelle est tombée en fin de semaine dernière. La ligne de fret entre Volvic et le Mont-Dore pourrait être suspendue. Elle rapporte peu et coûte cher à la SNCF, mais elle est essentielle pour la société des eaux du Mont-Dore et la commune.

Gare de Volvic (Puy-de-Dôme) envahie par les herbes, faute de trains sur cette section quasi à l'abandon. 14 août 2019.
Gare de Volvic (Puy-de-Dôme) envahie par les herbes, faute de trains sur cette section quasi à l'abandon. 14 août 2019. © Radio France - Emmanuel Moreau

La nouvelle est tombée vendredi dernier et ce pourrait être un nouveau coup de canif dans le maillage ferroviaire auvergnat. La ligne de fret entre Volvic et le Mont-Dore est menacée de suspension. Voilà qui a de quoi refroidir la société des eaux du Mont-Dore, seule entreprise à exploiter la ligne. Les raisons de cette possible suspension ? Elle rapporte très peu à la SNCF et coûte très cher en travaux de maintenance. 

On se essaie de sa battre pour la garder - Sébastien Dubourg, maire du Mont Dore

Le maire du Mont-Dore, Sébastien Dubourg est doublement contrarié. "On a deux enjeux majeurs par rapport à cette voie ferrée. On a un aspect écologique, on prône l'écologie dans une commune comme la nôtre, où l'on soigne les maladies respiratoires et où on a un air pur pour le bien-être et les espaces. Si ça saute, on risque d'avoir beaucoup de camion sur nos routes." L'autre enjeu majeur est économique poursuit Sébastien Dubourg. "La SMDA (Sources du Mont-Dore en Auvergne) est la 2e source de recettes pour la commune, plus 55 emplois, donc c'est primordial pour nous. On va essayer de trouver des solutions pur la conserver. Je ferai le maximum pour confirmer cette voie ferrée au niveau de l'usine d'eau".

L'inquiétude du maire du Mont-Dore Sébastien Dubourg

40% de la production annuelle sur cette voie

Pour expliquer cette hypothèse de suspension, la SNCF met en avant des raisons de sécurité et assume de "hiérarchiser les chantiers". La priorité est donnée aux voies fréquentées. Mais les conséquences pourraient être lourdes pour la société des eaux du Mont-Dore qui transporte chaque année plus de 90.000 tonnes d'eau sur cette voie. Soit 40% de sa production annuelle. Le secrétaire général de la CGT des cheminots du Puy-de-Dôme, Charly Peillaud, est sur la même longueur d'onde que le maire du Mont-Dore. "Chez nous, ça supprimerait des emplois bien sûr, car c'est nous qui entretenons la ligne. Quand on voit où s'est situé là-haut, c'est des petites routes, ça ferait beaucoup de camions avec des petites communes à traverser".   

Charly Peillaud, secrétaire général de la CGT des cheminots du Puy-de-Dôme

400.000 euros nécessaires pour des travaux urgents

Chaque année, la ligne rapporte 23.000 € à la SNCF, mais lui coûte 1,2 million d'euros en travaux de maintenance. Si elle trouve les 400.000 € nécessaires pour les travaux urgents, elle assure qu'elle maintiendra la ligne l'an prochain. Thomas Allary, directeur de SNCF Réseau pour la grande région, se veut raisonnablement optimiste. "J'ai bon espoir qu'on arrive à repousser d'au moins un an le risque de suspension et que ce délai-là nous donne le temps de regarder à tête reposée et plus sereinement la possibilité de trouver une solution dans le temps..." 

Thomas Allary, directeur de SNCF Réseau pour la région Auvergne-Rhône-Alpes

L'attitude ambiguë de la SNCF

Il n'en demeure pas moins que la SNCF n'a pas montré de réelle volonté de maintenir cette ligne coûte que coûte. Elle a d'abord réduit la voilure pour les voyageurs, pour n'arriver qu'à un seul aller-retour par jour avant de fermer brutalement la ligne en novembre 2015. Le prétexte: le déshuntage des rames (l'absence de contact électrique) qui faisait "disparaître" les trains pour le système de signalisation. La SNCF a donc mis en place une restriction interdisant les trains composés d'une seule rame et expliqué qu'elle n'avait pas assez de matériel pour maintenir des trains sur cette ligne. Bizarrement, cette restriction n'existe qu'en Auvergne alors qu'ailleurs sur le réseaux, ce même type de rames peut circuler seule.

Un des derniers trains de voyageurs en gare du Mont-Dore, le 21 septembre 2015
Un des derniers trains de voyageurs en gare du Mont-Dore, le 21 septembre 2015 © Radio France - Emmanuel Moreau

Surtout, la SNCF s'était empressée de mettre hors service des installations, notamment en gare de La Bourboule, rendant très hypothétique un retour des trains de voyageurs. Les spécialistes avaient expliqué que les conditions de sécurité draconiennes pour faire circuler un train ne seraient pas respectées avec le seul train de fret des eaux du Mont-Dore: nous y sommes, avec le risque de voir cette ligne disparaître, une de plus. Et l'étape suivante sera l'amorce de la ligne, la section Clermont et Volvic, qui pourrait n'avoir qu'un sursis de quelques années.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess