Transports

Quand la Manche découvre ses épaves pendant les grandes marées

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) vendredi 20 mars 2015 à 17:00

Plusieurs morceaux d'épaves de navires coulés au pied de la digue Nord du port du Havre sont facilement accessible à pied.
Plusieurs morceaux d'épaves de navires coulés au pied de la digue Nord du port du Havre sont facilement accessible à pied. © Olivier Duc - Radio France

Près de 800 épaves seraient échouées au pied des côtes entre Le Havre et Le Tréport selon le GRIEME, le groupe de recherche et d'identification des épaves Manche-Est. Une partie d’entre elles vont se dévoiler avec la "marée du siècle" ce week-end.

En promenade avec leur chien Boubou sur la vaste étendue de sable libérée par la marée, Rémy et Victoria sont passés à côté de morceaux de tôles et de béton. "C’est une épave de bateau, je pense, puisqu’on y est allé. Après je ne sais pas exactement ce que c’est."  Ces barges avaient été coulées par les Allemands pour gêner l’approche du port du Havre. À l’extrémité du front de mer, c’est une épave un peu plus grande qui va être accessible à pied. Il s’agit des vestiges du Bruges, un petit paquebot anglais venu rapatrier troupes et civils pendant la débâcle.

Vestige d'un petit paquebot anglais au Havre

"Le 11 juin 40, le Bruges fait parti de ses bateaux qui attendent au large du Havre , explique Jean Paul Duboscq, auteur havrais d’ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale. Il est bombardé et touché par l’aviation allemande. Son capitaine réussit à ramener son bateau et à l’échouer sur la plage à 300m de St Adresse." Le navire ne bougera plus et servira de cible aux canonniers allemands. En 2002, une partie de l’épave du Bruges sera démantelée en raison du danger qu’elle représentait pour les sports nautiques.

Épave d'un "Liberty Ship" et de bateaux en ciment à Octeville-sur-Mer

Au pied de la falaise à Octeville-sur-mer, les épaves ont gardé des formes bien plus caractéristiques. Trois barges en ciment échouées l’une à côté de l’autre rappellent qu’après la première guerre, les ingénieurs devant la hausse des matières premières avaient tenté de trouver une alternative moins coûteuse aux métaux. Ils sont facilement accessibles et l’on peut même entrer dedans.

A quelques encablures, la marée du siècle découvrira également un "Liberty Ship", le Lee S. Overman . Ces navires étaient construits à la chaîne par les Américains. La présence de ce cargo rappelle que des millions de soldats américains et des tonnes de matériels ont transité par Le Havre après sa libération pour soutenir le front puis pour les rapatrier vers leur pays.

Diaporama

800 épaves échouées

Le Groupe de recherche et d'identification des épaves Manche-Est (GRIEME) a repéré environ 800 épaves échouées au pied des côtes entre Le Havre et Le Tréport, en Seine-Maritime. Ce samedi, les plongeurs du GRIEME ont prévu d'explorer l'épave d'un navire naufragé au 19e siècle qui se découvre uniquement lors des grandes marées au large de Criel-sur-Mer (entre Dieppe et Le Tréport). L'association a publié en novembre dernier le quatrième tome de La Saga des épaves de la Côte d'Albâtre consacré aux navires naufragés pendant la Première Guerre mondiale. 

À LIRE AUSSI ►► VIDÉO - Hommage aux marins d'un chalutier coulé pendant la Grande Guerre au large de Dieppe

Partager sur :