Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Quatre des huit lignes de trains Intercités de nuit supprimées ce week-end

samedi 1 octobre 2016 à 15:09 - Mis à jour le samedi 1 octobre 2016 à 18:04 Par Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Alsace, France Bleu Azur, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Roussillon et France Bleu

La moitié des lignes de trains Intercités de nuit disparaissent le 1er octobre, faute de repreneur. Les quatre lignes concernées sont celles reliant Paris à la Savoie et à Albi, ainsi que celles reliant Strasbourg et Luxembourg à Nice et Portbou (Espagne).

Paris-la Savoie de nuit, c'est fini...
Paris-la Savoie de nuit, c'est fini... © Maxppp -

Quatre des huit lignes de trains Intercités de nuit ne circulent plus dès ce samedi soir :

  • Paris-Savoie (Saint-Gervais et Bourg-Saint-Maurice),
  • Paris-Albi,
  • Strasbourg-Nice-Portbou,
  • Luxembourg-Nice-Portbou.

En juillet dernier, le secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies avait annoncé la mauvaise nouvelle : l’État ne pouvait plus subventionner des lignes jugées trop déficitaires (environ 100 millions d'euros prévus cette année) et délaissées par les voyageurs (-25% de fréquentation depuis 2011).

Deux lignes maintenues et deux en sursis

Les deux lignes Paris-Irun (Espagne) et Paris-Nice bénéficient d'un sursis, respectivement jusqu'en juillet et octobre 2017, tandis que les liaisons Paris-Briançon et Paris-Latour-de-Carol sont maintenues "en raison de l'absence d'une offre alternative suffisante".

Au total, les trains de nuit ne transportent que 3% des voyageurs et représentent un quart du déficit des lignes Intercités, soit 400 millions d'euros au moins en 2016.