Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Questions au gouvernement : l'A75 devrait rester gratuite

mercredi 30 mai 2018 à 16:50 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

Michel Fanget, le député MODEM de la 4eme circonscription du Puy-de-Dôme, a profité de la séance de questions au gouvernement de ce mercredi pour demander si les rumeurs de rendre l'A75 payante étaient fondées. La réponse est non.

Michel Fanget à l'Assemblée Nationale
Michel Fanget à l'Assemblée Nationale - Capture d'écran LCP

Auvergne, France

L'A75 n'est pas concédée, ses 335 kilomètres sont gratuits de Clermont-Ferrand à Béziers (à l'exception du viaduc de Millau) et l'entretien est réalisé par les services de l'Etat (DIR Massif Central). Mais le projet de loi d'orientation sur les mobilités a relancé l'interrogation de la voir devenir une autoroute payante, un risque dénoncé notamment par la CGT.

Il faut dire qu'Elisabeth Borne, la ministre chargée des transports, a annoncé dans ce cadre un plan de sauvegarde, des chaussées, des ouvrages d'art et des équipements du réseau routier national non concédé. Et surtout, elle a précisé qu'il fallait privilégier "chaque fois que c'est possible, le paiement par l'usager ou par le bénéficiaire final des projets". 

Pas de péage

Michel Fanget a donc demandé au gouvernement ce mercredi si cette rumeur était fondée ou non. Pour le député MODEM de la 4eme circonscription du Puy-de-Dôme, l'A 75 est "la colonne vertébrale de sa circonscription" et indispensable pour les habitants du Massif Central. Pour Michel Fanget, rendre cette autoroute payante mettrait un coup d'arrêt au désenclavement, en obligeant notamment les automobilistes à emprunter les routes secondaires. Cela impacterait également le pouvoir d'achat des habitants du sud de l'Auvergne, alors que les contribuables ont déjà payé pour la construction de cette autoroute.

Ce n'est pas Elisabeth Borne qui lui a répondu mais Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès de Nicolas Hulot. Une réponse rassurante : "le gouvernement n'envisage pas de soumettre au péage" l'A75, même si le code de la voirie routière le permet. 

Il n'y a aucune intention de l'Etat de mettre cette autoroute à péage pour les automobilistes" - Brune Poirson

Reste à savoir si cette réponse va satisfaire pleinement la CGT.