Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les voitures radars confiées à des sociétés privées dès janvier prochain en Centre-Val de Loire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry, France Bleu Orléans

Testée en Normandie, la gestion des radars mobiles par des entreprises privées va être étendue à d'autres zones, dont la région Centre-Val de Loire à partir de janvier 2020. Mais le gouvernement l'assure : ce n'est pas une course au rendement.

Ce sont des chauffeurs de sociétés privées qui conduiront les voitures avec des radars mobiles embarqués
Ce sont des chauffeurs de sociétés privées qui conduiront les voitures avec des radars mobiles embarqués © Maxppp - Gwendal HAMEURY/PHOTOPQR

Centre-Val de Loire, France

Les radars mobiles embarqués ou voitures radars, conduites par des prestataires privés vont bientôt sillonner les routes de la région. Ces véhicules banalisés utilisés depuis 2013 dans l'hexagone par les gendarmes et les policiers, vont être confiés à des entreprises privées retenues après des appels d'offres lancés par l'état. Après une expérimentation en Normandie, ce dispositif d'externalisation va donc être étendu à partir de janvier prochain, aux régions Centre-Val de Loire, Bretagne et Pays de la Loire.

Le radar mobile privatisé :  quel est le principe ?

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Interview : Régis Hervé

Au total, 60 nouveaux véhicules, dont une vingtaine pour notre région, seront confiés à ces chauffeurs d'entreprises privées. A l'image de celles conduites par les forces de l'ordre, ces voitures radars peuvent flasher des véhicules en excès de vitesse à l'aide d'un dispositif infra-rouge entièrement automatisé et indétectable. L'opérateur de la société privée conduit sa voiture, le radar fait le reste sans intervention humaine. 

Emmanuel Barbe - Maxppp
Emmanuel Barbe © Maxppp - PQR/Sud-Ouest

Ces entreprises privées n'ont aucune espèce de rétribution liée au nombre d'amendes dont elles ignorent tout, puisque c'est automatique 

En privatisant la gestion de ces radars mobiles embarqués, le gouvernement veut augmenter leur temps d'utilisation qui est aujourd'hui d'un peu plus d'une heure par jour  en moyenne mais ça va changer  : ces voitures confiées au privé  pourront rouler 7 jours sur 7,  jusqu'à 8 heures par jour, week-end compris, de jour comme de nuit et ce tout au long de l'année :  " Ces véhicules seront tout le temps dans le trafic et le chauffeur suivra un parcours qui lui est indiqué par un GPS. Cette activité de contrôle automatisé n'est réalisée que sur des itinéraires qui ont été indiqués par la préfecture et les forces de l'ordre" précise Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière qui se veut catégorique sur un point : "Il n'y a aucune crainte à avoir sur une forme de rendement. L'entreprise a une rétribution fixe qui ne varie pas".

Pour Emmanuel Barbe, cette gestion privée permettra aussi " de libérer plus de temps pour les forces de l'orde qui pourront se consacrer à des tâches plus importantes comme les contrôles d'alcoolémie ou de stupéfiants ". En tout cas avec ces voitures radars, le nombre de contraventions va augmenter puisqu'elles rouleront plus longtemps. Des véhicules que les associations de défense d'automobilistes ont baptisé "mitraillettes à PV".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu