Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

RD 943 : certains habitants de Cormery pas convaincus par l'annonce d'une étude sur le contournement du village

vendredi 31 août 2018 à 5:05 Par Clément Conte, France Bleu Touraine

Le ministère des transports a commandé une étude sur le contournement de Cormery pour désengorger la RD 943, fréquentée par 20.000 véhicules par jour. Une nouvelle étape qui s'annonce très longue selon certains habitants.

1.500 camions en moyenne passent sur la RD943 chaque jour
1.500 camions en moyenne passent sur la RD943 chaque jour © Radio France - Clément Conte

Cormery, France

La ministre des transports Elizabeth Borne a donné son accord pour l'étude d'un projet de contournement de Cormery via l'autoroute A85. Le projet porté par Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental, Sophie Auconie, députée d'Indre-et-Loire et Pierre Louault, sénateur, a l'objectif de désengorger la RD 943, fréquentée jour et nuit par les camions et les voitures. 

Cette étude de faisabilité et d'opportunité est confiée à Cofiroute. "Ce ne sont pas les contribuables qui la financeront, assure Sophie Auconie. Pour moi c'était très important. Je ne voulais pas que cette obligation soit imposée à la collectivité."

Je ne suis pas certaine que ça va bouger - Nelly, boulangère

La nouvelle n'a pas eu l'effet escompté chez certains habitants de Cormery qui restent très prudents. Même si cette future étude pour le contournement du village les rassure, ils paraissent préoccupés par le temps que mettra le dossier à se boucler définitivement : "On parle encore de solutions à 10, 15 ou 20 ans, souligne Martial Bernard, président du collectif SOS Cormery-Truyes. Ici, la situation est insupportable. Les camions passent 24 h sur 24, des gens ne peuvent pas dormir, les maisons tremblent.  La réalité c'est que nous ne voulons plus de camions sur cette route." 

Nelly tient la boulangerie qui donne directement sur la RD943. Pour elle, cette étude ne va pas changer grand chose : "Je n'y crois pas trop, ça fait longtemps que l'on entend ça. _Au moins quarante ans_. Je ne suis pas certaine que ça va bouger." Pour Jean-Marie, l'histoire se répète : "Une étude avait déjà été faite il y a 20 ans, il me semble. Ça n'avait pas abouti." 

Beaucoup moins sceptiques, Michel et William reconnaissent ce pas en avant : "C'est une bonne chose. Si une solution est trouvée et que les camions ne passent plus sur cette route, nous serons contents parce que c'est insupportable."

Même si la question de l'efficacité de cette étude les divise, les habitants de Cormery devront tous s'armer de patience pour connaitre, un jour, une diminution du trafic sur la RD943.