Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Réduction de la vitesse à 80 km/h : les automobilistes héraultais font plutôt la grimace

dimanche 7 janvier 2018 à 17:27 Par Guillaume Roulland, France Bleu Hérault

Pour réduire le nombre de morts sur les routes, le gouvernement envisage de baisser la vitesse maximale autorisée sur le réseau secondaire à 80 km/h. Une mesure défendue par les associations de lutte contre l'insécurité routière, mais contestée par les fédérations de motards et d'automobilistes.

Le panneau 80 va t'il bientôt remplacer le panneau 90 ?
Le panneau 80 va t'il bientôt remplacer le panneau 90 ? © Radio France - Maxppp

Montpellier, France

Le Premier ministre Edouard Philippe présidera ce mardi à Matignon un comité interministériel pour la sécurité routière, à l'issue duquel le gouvernement devrait confirmer son intention de réduire de 10 km/h la vitesse maximale sur les routes départementales.

Une mesure réclamée depuis longtemps par les associations d'accidentés de la route, mais très décriée par une majorité de motards et d'automobilistes.

"Une mesure inefficace"

Première association à avoir dégainé contre cette probable réforme, 40 millions d'automobilistes, qui s'appuie sur une expérimentation en cours au Danemark ou à l'inverse, on a augmenté de 80 à 90 km/h la vitesse autorisée sur son réseau secondaire.  

Selon l'association, la direction danoise des routes a révélé que cette mesure avait permis de réduire le différentiel de vitesse entre les automobilistes qui roulent vite et ceux qui roulent plus lentement, et donc par voie de conséquence le nombre de dépassements liés à ces écarts et de chocs frontaux.

La Ligue contre la violence routière 100% favorable

À l'inverse, les associations qui luttent contre l'insécurité routière attendent avec impatience la mise en place de cette nouvelle mesure. Selon elles, c'est le seul moyen de lutter efficacement contre le nombre d'accidents et de morts sur les routes françaises. Selon les études, cet abaissement à 80 km/h permettrait en effet d'épargner entre 200 et 400 vies par an.

La Ligue contre la violence routière s'appuie également sur l'étude de Jacques Robin, ingénieur routier, accidentologue et membre de l'association, qui affirme que cette nouvelle limitation à 80 km/h permet de réduire de moitié la puissance des chocs lors de collisions frontales.

Dans l'Hérault, on reste sceptique

Quand on interroge des automobilistes héraultais à la caisse d'une station service de la périphérie de Montpellier, quel que soit le côté ou penche la balance, les avis sont très tranchés.

Pour ce professionnel de santé, cyclotouriste régulier, c'est une très bonne mesure : "Je vois les conséquences au quotidien du comportement des automobilistes. Les victimes d'accidents sont souvent des blessés graves, à vie ! Je fais aussi beaucoup de vélo et je constate que beaucoup de gens n'ont pas la notion de distance. C'est dramatique."

Mais dans l'ensemble, la mesure n'est pas bien accueillie. "C'est une bêtise. Il n'y aura pas moins d'accidents. Les gens continueront de rouler vite et ralentiront à l'approche des radars ou des gendarmes" estime une sexagénaire dont le siège-conducteur est recouvert du gilet jaune obligatoire en cas d'immobilisation du véhicule. 

Un motard, qui revendique 30 années de conduite sans accident, affirme que "le problème, c'est surtout le comportement des gens qui circulent. Il faut simplement que les gens fassent attention. Il y a des endroits ou rouler vite n'est pas un problème".

"Le problème, c'est pas la vitesse, mais les excès de vitesse"

Dans l'Hérault, le conseil départemental se dit prêt à appliquer la nouvelle réglementation si elle doit se mettre en place. Mais Philippe Vidal, vice-président chargé de l'aménagement du territoire, se déclare un peu dubitatif sur sa réelle efficacité. "Aujourd'hui, les accidents que nous avons à déplorer dans l'Hérault ne sont pas dus à un problème de limitation de vitesse mais à un problème d'excès de vitesse. Il faut surtout mettre en place des moyens pour lutter contre les excès".

Qu'en pensent les automobilistes héraultais ?

Philippe Vidal, vice-président en charge de l'aménagement du territoire au conseil départemental de l'Hérault

Des agents des routes qui installent de nouveaux panneaux. Une image qui pourrait devenir familière dans les mois qui viennent - Radio France
Des agents des routes qui installent de nouveaux panneaux. Une image qui pourrait devenir familière dans les mois qui viennent © Radio France - Maxppp
Là ou la mesure a été expérimentée, beaucoup de panneaux ont été détériorés - Radio France
Là ou la mesure a été expérimentée, beaucoup de panneaux ont été détériorés © Radio France - Maxppp