Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Réforme du contrôle technique: faut-il le passer maintenant?

dimanche 4 mars 2018 à 18:08 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle

Le 20 mai entre en vigueur une nouvelle version du contrôle technique automobile, beaucoup plus draconienne. La réforme va-t-elle envoyer beaucoup de voitures à la casse? Pas forcément. Mais les propriétaires de véhicules mal entretenus ont du souci à se faire.

"Les véhicules bien entretenus, même anciens, n'auront pas de souci avec le nouveau contrôle technique" assurent les professionnels.
"Les véhicules bien entretenus, même anciens, n'auront pas de souci avec le nouveau contrôle technique" assurent les professionnels. © Radio France - Julien Fleury

Charente-Maritime, France

C'est une harmonisation européenne: le contrôle technique automobile change de formule à partir du 20 mai. Et pas dans le sens de la clémence! Le nombre de points contrôlés augmente peu (132 contre 123 aujourd'hui). En revanche, les défaillances possibles explosent: 606 désormais dont les trois-quarts donneront lieu à une contre-visite. Aujourd'hui seul le tiers des 407 défauts constatés sur un véhicule entraînent une contre-visite. Les contrôles seront aussi plus longs, et donc plus chers: entre 10 et 50% de hausse, estiment les professionnels. Aujourd’hui un contrôle coûte en moyenne 65 euros. Le tarif des contre-visites sera également revu à la hausse. La réforme a déjà provoqué pas mal d'angoisse chez les automobilistes. Les contrôleurs eux se veulent rassurants.

Avec le nouveau contrôle technique, le nombre de points de contrôle augmente peu mais les défaillances possibles elles explosent. - Radio France
Avec le nouveau contrôle technique, le nombre de points de contrôle augmente peu mais les défaillances possibles elles explosent. © Radio France - Julien Fleury

Un centre de contrôle technique de la zone commerciale de Beaulieu, près de La Rochelle: Laure attend avec une pointe d'angoisse le résultat du contrôle technique pour sa voiture âgée de treize ans. Ouf! Seulement deux observations sans gravité. "Ce véhicule est accepté jusqu'au 24/02/2020" lui annonce Gérard Sigiel, le responsable qui ajoute: "Même avec la nouvelle réglementation, vous auriez eu la même chose. Pas de problème non plus." "C'est rassurant" soupire Laure en sortant sa carte bleue.

"Pas de panique!" C'est en substance le message de Gérard Sigiel, qui pratique des contrôles techniques depuis leur entrée en vigueur en France, en 1992. Bien sûr, le nouveau contrôle sera plus difficile, avec notamment l'introduction de 127 défaillances critiques, pour lesquelles les automobilistes n'auront que jusqu'à la fin de la journée pour effectuer une réparation. Mais "la défaillance critique, ce sont vraiment des points très rares" promet Gérard Sigiel. "Est-ce qu'il est normal de rouler avec un véhicule qui a trois feux de stop de grillés? Qui a un flexible de freins coupé ou qui va couper? D'avoir un pneumatique au fil de fer? Je ne pense pas" assure le professionnel. "C'est pour cela qu'il ne faut pas forcément s'affoler."

Celui qui aura entretenu son véhicule régulièrement n'aura pas de problème particulier. - Gérard Sigiel, contrôleur technique depuis 1992

Une évolution qui va dans le sens de l'histoire, pour beaucoup de professionnels. "A l'heure actuelle, on passe un véhicule avec une fuite au niveau des freins, on lui met juste une contre-visite et le gars a deux mois pour nous représenter le véhicule" décrit Sébastien Blanchard, responsable d'un centre de contrôle technique à Villeneuve-les-Salines à La Rochelle. "Donc le conducteur peut rouler un mois et demie avant d'aller voir son mécano. Entre-temps il peut avoir le bocal qui se soit vidé, et se retrouver sur la route sans freins. Donc là, c'est dangereux." Ce sera désormais considéré comme une défaillance critique, et donc pour Sébastien Blanchard "ça obligera les gens à réparer tout de suite parce qu'il y a une notion de danger."

Pour les véhicules mal entretenus, grosse galère en perspective.

"Ce sont en général les personnes avec peu de moyens qui ont les voitures les moins entretenues" rappelle le contrôleur Sébastien Blanchard. "De ce point de vue là, ça va être compliqué pour eux." L'introduction d'une nouvelle catégorie de défauts, les défaillances critiques, ne laisse pas les automobilistes insensibles. Yohan est venu récupérer le véhicule d'un ami qui passait le contrôle technique: "La voiture sort d'ici avec une réparation à faire, qu'on me trouve un garage qui fait une réparation en 24 heures" interroge Yohan. "Je pense qu'il y aura de la fraude en plus."

135 euros, ce sera l'amende si vous roulez sans avoir fait réparer immédiatement une défaillance critique. Et surtout, pas d'assurance en cas d'accident! Jérôme est contrôleur à Beaulieu, il s'attend à des journées chaudes au printemps:

On aura le cul entre deux chaises. Soit on applique la réglementation, et on va s'en prendre plein la tête avec les clients. Ou alors si on ne signale pas la défaillance, c'est avec notre direction qu'on aura des problèmes. - Jérôme, contrôleur technique

Jérôme qui sent la pression monter: "Je ne suis pas pressé pour le mois de mai 2018!" Pour éviter de se retrouver piégé, une visite chez le garagiste avant le contrôle technique va devenir quasi obligatoire.

Faut-il anticiper le contrôle technique?

Si vous avez une voiture avec une fuite d'huile, des freins fatigués, du jeu dans la direction? Mieux vaut sans doute anticiper le contrôle, avec l'espoir de passer entre les gouttes. Ensuite ce sera plus compliqué. Même chose pour la rouille sur le châssis. Jérôme est contrôleur au centre de Beaulieu: "Des véhicules vraiment bien entamés en carrosserie au niveau de la corrosion, où les planchers sont complètement pourris, jusqu'à présent on ne pouvait que le signaler."

A l'avenir, la corrosion perforante sera considérée comme une défaillance majeure, soumise à contre-visite, mais avec le risque d'y laisser sa chemise en réparations. Idem pour les témoins d'injection ou d'ABS qui s'allument sans raison. "J'ai un client qui avait un voyant d'ABS allumé" se souvient Arnaud Gouhier, garagiste à La Rochelle. "Je lui ai dit que ce serait bien qu'on regarde avant le mois de mai. Du coup, c'était juste un capteur à changer et ça lui a coûté 60 euros. Maintenant si c'est le bloc ABS qu'il faut changer, on est tout de suite sur des montants astronomiques. Et les gens vont dire: bon, je me débarrasse de la voiture."

Mais quitte à anticiper le contrôle, mieux vaut prendre un ou deux mois de marge. Explication avec le chef de centre de contrôle technique Gérard Sigiel: "Si vous passez votre contrôle le 17 mai, et qu'il y a une contre-visite. Vous revenez le 23 mai, eh bien, il n'y aura pas que la contre-visite. On revérifiera tout le véhicule avec la nouvelle réglementation. Et vous aurez peut-être des problèmes qui n'existaient pas avant."

Jusqu'à présent la corrosion était juste signalée. Demain, elle sera considérée comme une "défaillance majeure" soumise à contre-visite. Mais avec des frais de réparation potentiellement exorbitants. - Radio France
Jusqu'à présent la corrosion était juste signalée. Demain, elle sera considérée comme une "défaillance majeure" soumise à contre-visite. Mais avec des frais de réparation potentiellement exorbitants. © Radio France - Julien Fleury