Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Reims, des étudiants demandent plus de place pour les vélos, la mairie répond

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne
Reims, France

Des étudiants de Sciences Po à Reims ont lancé une pétition pour demander plus d'aménagements cyclables et l'installation d'arceaux supplémentaires dans la ville. Car ils estiment que le vélo reste le parent pauvre dans la ville. La municipalité répond.

La pétition a été lancée par des étudiants de Sciences po à Reims.
La pétition a été lancée par des étudiants de Sciences po à Reims. © Radio France - Sophie Constanzer

"Pour plus de pistes cyclables à Reims" : le titre de la pétition ne peut pas être plus clair. Il y a environ trois semaines, des étudiants de Sciences Po à Reims ont lancé une pétition sur internet pour demander plus d'aménagements cyclables, notamment le long des grands axes de circulation, et plus d'arceaux et d'abris pour vélos. Car estiment-ils, la ville de Reims qui regroupe près de 30 000 étudiants, a 40 kilomètres de pistes cyclables en moins qu'Angers, ville de superficie semblable et avec un nombre d'étudiants comparable. "La ville d'Angers affiche nettement plus de pistes cyclables (142 km contre 100 km pour Reims)", précise la pétition. Trois semaines après son lancement, la pétition a récolté 411 signatures.

Une ville faite pour la voiture - Cyrielle, présidente de Sciences Po Reims

"Faut dire les choses telles qu'elles sont c'est une ville faite pour la voiture, le nombre de parkings, d'emplacements pour voitures, et vraiment rien pour les vélos... même dans l'hypercentre c'est très dur de se garer...", souligne Cyrielle, la présidente de Sciences Po environnement à Reims. Marie, également étudiante en première année à Sciences Po à Reims ajoute : "je pense que ça met un frein et ça limite le logement et c'est le cas pour nous à Sciences Po, mais j'imagine que c'est la même chose pour les étudiants à l'URCA...".

Cyrielle : "c'est une ville faite pour la voiture..."

A chaque investissement de voirie, nous tenons compte des vélos... -- Valérie Beauvais, adjointe en charge de la voirie à la ville de Reims

Du coté de la municipalité de Reims, on admet un retard lié à l'urbanisme et au passé, mais on avance un chiffre: sur les 12 millions d'euros de travaux de voirie effectués l'an dernier, 7 millions "ont pris en compte" les aménagements vélo (contre-sens cyclable, sas à vélos, voie partagée...). Et Valérie Beauvais, adjointe au maire en charge de la voirie à Reims, admet qu'il manque peut-être des arceaux en centre-ville : "Les arceaux à vélos c'est très important, il faut qu'ils soient bien placés... donc moi je suis tout à fait ouverte à la question pour peut-être créer des arceaux notamment sur les aires piétonnes... je pense à la place d'Erlon...".

Valérie Beauvais : "à chaque investissement de voirie nous tenons compte des vélos"

Quant aux axes dangereux pointés du doigt par les étudiants dans leur pétition - rue Gambetta, avenue de Laon - tous ne trouveront pas de solutions. Mais il y a des chantiers urgents concède Valérie Beauvais, notamment là où la voie cyclable est discontinue. "Sur le boulevard de la Paix par exemple, ça pourrait être un double arrêt pour les voitures. Il faut absolument que les vélos puissent traverser en toute tranquillité sans s'arrêter à chaque perpendiculaire car elles sont nombreuses en plus", précise l'adjointe en charge de la voirie. La ville de Reims avait été pointée du doigt déjà l'an dernier, manquant de peu le "clou rouillé".

Valérie Beauvais qui n'exclut pas une réflexion sur la mise en place d'un système de location de vélos à Reims. C'est une des propositions faites par les étudiants pour développer la pratique du vélo. Quant à l'association Vél'oxygène qui représente 600 usagers du vélo à Reims, elle a signé la pétition. Son président Antoine Prieur estime qu'il faut aller plus loin notamment sur le stationnement pour les vélos afin d'inciter encore plus à la pratique.

"Faut aller maintenant vers du stationnement longue durée..." estime Antoine Prieur de Vél'Oxygène

Choix de la station

À venir dansDanssecondess