Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Renault va proposer des voitures électriques en libre-service à Paris

mercredi 4 juillet 2018 à 10:57 - Mis à jour le mercredi 4 juillet 2018 à 11:37 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Le groupe Renault va lancer un service d'autopartage de voitures électriques sans station dès la rentrée 2018 à Paris.

La Ville de Paris et Renault s'associent pour un service d'autopartage de voitures électriques.
La Ville de Paris et Renault s'associent pour un service d'autopartage de voitures électriques. - Ville de Paris

Paris, Île-de-France, France

La place laissée libre par le groupe Bolloré et ses Autolib' ne va pas rester vacante longtemps. Renault a annoncé mercredi lors d'une conférence de presse à l'Hôtel de ville de Paris son intention de déployer un service de voitures électriques en libre service et sans station à partir du mois de septembre 2018. 

La mise en place sera progressive. Dans un premier temps, Renault proposera quelques centaines de voitures électriques en "free floating", c'est-à-dire sans station. Tous les véhicules du constructeur seront proposées : principalement des Zoé, la citadine de la marque au losange mais aussi des mini-véhicules Twizy et des utilitaires Kangoo et Master. 

Les véhicules pourront se garer sur les 3244 places libérées par Autolib' mais également sur toutes les places de stationnement classiques. Contrairement à Autolib, pas d'obligation de les brancher entre chaque utilisation. Les véhicules ont une autonomie suffisante, assure Renault, pour n'être rechargés que la nuit par des employés du groupe, qui veilleront également à assurer le nettoyage et l'entretien. "Ce sont des véhicules qui seront en parfait état de fonctionnement et toujours propres", assure Thierry Bolloré, le directeur général adjoint du groupe Renault.

Pas de nom, pas de tarif et pas de périmètre d'utilisation

Tous détails du futur service de Renault n'ont toutefois pas encore été dévoilés. Pour les tarifs, "c'est la surprise à l'arrivée", a indiqué Thierry Bolloré, tout en précisant qu'il n'y aurait pas d'abonnement. Le périmètre dans lequel les voitures pourront être utilisées n'a pas non plus été précisé même si dans un premier temps, le service devrait être limité à Paris intra-muros. Quant au nom de ce nouveau service, il reste encore top secret.

Cette flotte de voitures en free floating se fera en complément des services déjà existants de Renault. Le groupe équipe déjà l'entreprise de VTC Marcel avec ses Zoé et propose également un service d'autopartage longue-durée. Baptisé Renault Mobility, il permet de louer une voiture électrique pour des trajets en boucle (on prend et dépose la voiture au même endroit). Au total, Renault devraient déployer 2000 véhicules électriques dans la capitale courant 2019.

PSA va aussi proposer une offre d'autopartage

La Mairie de Paris a souligné que l'autopartage dans la capitale n'était pas réservée à Renault. Ce partenariat n'est "pas exclusif", a souligné la maire Anne Hidalgo. "Il y a d'autres groupes industriels qui sont partants pour partager cette expérience", a-t-elle précisé. PSA a annoncé mardi qu'il souhaitait lui-aussi lancer un service d'autopartage à Paris. Ce sera sous la marque Free2Move. Au cours du dernier trimestre 2018, la flotte devrait compter 500 véhicules électriques des marques Peugeot et Citroën dans la capitale.

Tous ceux qui proposeront leur service devront verser à la ville une participation forfaitaire de 300 euros par an et par véhicule pour occupation de l'espace public, a indiqué Christophe Najdovski, l'adjoint à la mairie de Paris chargé des transports. Une disposition votée mardi lors du conseil de Paris.