Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : les portillons anti-fraude entrent en service dans le métro ce mardi

-
Par , France Bleu Armorique

Les portillons anti-fraude, annoncés en 2015, entrent en fonctionnement à partir du mardi 1er décembre dans les 15 stations du métro de Rennes (Ille-et-Viline). Pour certaines personnes en situation de handicap, ils vont compliquer encore plus leur accès à la mobilité.

Les portillons provoquent la colère de certaines personnes handicapées : Annie Dourmap du collectif "on existe"
Les portillons provoquent la colère de certaines personnes handicapées : Annie Dourmap du collectif "on existe" © Radio France - Loïck Guellec

Les portillons anti-fraude, installés dans les 15 stations du métro de Rennes, entrent en fonctionnement à partir du mardi 1er décembre.  Lors de sa mise en service en 2002, le métro Rennais, l'un des plus petits du monde, se voulait comme l'un des plus accessibles en France avec juste des bornes pour valider sa carte ou son ticket. Mais face à une fraude grandissante soulignée par l'opérateur Keolis, Rennes Métropole a opté pour l'installation de ces portillons comme à Paris. Ce mardi 1er décembre entre en vigueur également sur l'ensemble du réseau STAR la carte ou le ticket rechargeable qui va remplacer définitivement le traditionnel ticket en papier.

Inquiétudes d'un collectif d'handicapés

Les personnes handicapées, réunies au sein du collectif "on existe", jugent insuffisantes les réalisations de Rennes Métropole. Par exemple dans la station Clémenceau, l'unique portillon installé près des quais pose problème. Annie Dourmap est membre du collectif on existe. Avec son fauteuil elle prend un ascenseur à une seule porte. Elle en sort donc en marche arrière et se retrouve sur les quais juste devant l'unique portillon à cet endroit. Et il y a sérieusement des risques d'embouteillage "les nourrices avec des doubles poussettes empruntent ce circuit comme les utilisateurs de trottinettes ou encore de vélos". 

Les voyageurs privés de l'usage de leurs mains ou de leurs bras ne pourront pas passer leur badge ou appuyer sur le bouton d'appel. Il y a aussi cette petite phrase inscrite dans les portillons pour les personnes à mobilité réduite "priorité aux fauteuils roulants; faites-les passer" peut-on lire "on nous infantilise et on demande aux autres usagers de compenser l'incompétence des techniciens du métro" estime Annie Dourmap.

Comment peut-on d'une main délivrer des cartes mobilité-inclusion et de l'autre nous mettre des bâtons dans les roues. C'est incohérent - Annie Dourmap

Polémique au sein de la majorité

Le projet d'installation de portillons dans les 15 stations du métro de Rennes pour lutter contre la fraude avaient provoqué la polémique en 2015 entre une partie de la majorité de gauche et les élus d'Europe-Ecologie-Les-Verts. Une polémique qui ne s'est d'ailleurs pas éteinte puisque le groupe EELV au conseil municipal a réaffirmé, dans des termes très durs, son opposition à ce projet qui se fait "contre l'intérêt des Rennais". Ironie de la situation le co-président de ce groupe Mathieu Theurier est désormais vice-président de Rennes Métropole en charge des mobilités et des transports.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess