Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Report de la prolongation de la ligne 12 à Aubervilliers : manifestation devant la RATP

lundi 9 avril 2018 à 18:15 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Une cinquantaine d'habitants d'Aubervilliers ont protesté ce lundi devant le siège de la RATP à Paris. Ils dénoncent le nouveau report de la prolongation de la ligne 12 du métro, qui devait arriver fin 2019 à Marie d'Aubervilliers. Le chantier est à l'arrêt.

Le rassemblement a été organisé à l'initiative de la maire d'Auberviliers, Meriem Derkaoui
Le rassemblement a été organisé à l'initiative de la maire d'Auberviliers, Meriem Derkaoui © Radio France - Rémi Brancato

Aubervilliers, France

Environ cinquante habitants d'Aubervilliers se sont rassemblés ce lundi midi devant le siège de la RATP dans le 12e arrondissement de Paris, près de la gare de Lyon. La maire avait affrété un car pour conduire les manifestants depuis le centre ville. Il y a 10 jours, Aubervilliers a appris que la prolongation de la ligne 12 du métro, qui devait être livrée à mairie d'Aubervilliers fin 2019 était reportée, sans nouvelle échéance. La maire (PCF), Meriem Derkaoui, des élus, et des représentants de commerçants et d'habitants, sont donc venus dire leur mécontentement.

ECOUTER - "Les gens nous disent qu'ils ne peuvent pas se garer, ils ne viennent pas à Aubervilliers" - Boubekeur Rahmani, représentant des commerçants

"Aubervilliers, stop au chantier, faut terminer!" scandent les habitants, qui clament également : "le métro à Aubervilliers, c'est maintenant, pas dans dix ans!" "On en a marre: ce n'est plus un centre ville, on ne peut plus circuler, c'est dangereux pour les enfants" s'énerve Djemila, qui habite Aubervilliers depuis vingt ans et qui subit comme beaucoup le chantier de prolongation de la ligne 12 jusqu'à la mairie.

ECOUTER - Les habitants ont crié leur colère devant la RATP

Le chantier du futur métro "Mairie d'Aubervilliers", ligne 12 - Radio France
Le chantier du futur métro "Mairie d'Aubervilliers", ligne 12 © Radio France - Rémi Brancato

"Un mauvais signale pour le développement des entreprises dans le 93"

"On a été patient avec ces travaux, confirme Boubekeur Rahmani, représentant des commerçants du centre ville, il faut que la RATP donne les moyens pour nous aider à finir notre métro". D'autant que certains ont parié sur cette future ligne pour leur activité. Gilles Bravo, a installé son entreprise, la Hoops Factory, qui loue des terrains de basket, il y a trois ans. "On aurait su à l'époque que le métro n'allait pas arriver dans les cinq ans, on ne se serait peut être pas implantés à Aubervilliers", estime le patron, qui regrette "un mauvais signal pour le développement des entreprises dans le 93".

ECOUTER - Gilles Bravo, président de la Hoops factory, à Aubervilliers

Pour beaucoup d'habitants, ce nouveau retard est une forme de mépris. "Les banlieues populaires ne cessent d'être méprisées et ça commence à bien faire" estime Aurélie Le Meur, habitante et militante communiste.

Un nouveau calendrier cet été 

La maire, des élus et des représentants de commerçants ont été reçus par la RATP, sans toutefois obtenir d'avancées. La RATP rappelle simplement que la chantier de prolongation vers la mairie a connu des "difficultés techniques", liée au processus de "congélation" du sol pour creuser le tunnel. Le réalisateur du chantier, Vinci, espère pouvoir fournir un "nouveau calendrier des travaux" cet été, indique encore la RATP.

La ville d'Aubervilliers, elle, demande des compensations, comme la gratuité de la ligne de bus qui relie le centre ville et la station Front Populaire, actuel terminus de la ligne 12.